Nouvelles hebdomadaires Debian - Courriel

Date : Mar. 9 mai 2000 00 h 15 ' 26 " -0600 (MDT)
De : Jason Gunthorpe <jgg@ualberta.ca>
Répondre-à : Jason Gunthorpe <jgg@ualberta.ca>
À : Debian Developers <debian-devel@lists.debian.org>
Sujet : administration : exim installé sur master


Bien, tout le monde,

L'installation d'exim sur master est terminée. Cela signifie que tous les
fichiers .qmail existants ne sont plus utilisés et que tous les courriels
sont traités par exim, en utilisant les fichiers .forward standards
semblables à ceux de sendmail. J'ai, non sans douleur, converti tous les
fichiers .qmail en fichiers .forward semblables, quand c'était possible,
et envoyé un courriel aux personnes concernées dans le cas contraire.
J'ai vérifié deux fois chaque adresse qui créent beaucoup de traffic
sur master, et elles semblent toutes concorder. Certains d'entre vous
pourraient avoir des problèmes, en particulier si :
  a) vous n'avez pas d'entrée dans le fichier lastlog, j'ai été intolérant
     avec les personnes qui utilisent de l'espace local sans jamais
     s'authentifier. Beaucoup de ces personnes ont un dépôt de courriel
     local et un transfert, donc seul le transfert a été conservé.
  b) vous avez fait quelque chose de très bizarre, comme ajouter
     /var/spool/mail dans votre fichier .qmail ou utiliser des variables
     qmail dans votre fichier .qmail ;
  c) vous utilisez un logiciel spécifique à qmail pour des pseudo-listes.
  
En revanche, voici l'ensemble des fonctionnalités disponibles. J'ajouterai
cela sur une page web plus tard.

Chemin pour le courriel
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
La configuration d'exim supporte différentes façons de diriger un courriel ;
  n° 1 -> transfert LDAP
  n° 2 -> fichier .forward
  n° 3 -> fichier .procmailrc
  n° 4 -> fichier .forward-foo
  n° 5 -> fichier .forward-default (Note : Pas .forward-foo-default
            - seulement un niveau)

Un courriel à debian.org suit :
  [n° 1 -> n° 2 -> n° 3] ou [n° 4 -> n° 5]

Un courriel à master.debian.org suit :
  [n° 2 -> n° 3 -> n° 1] ou [n° 4 -> n° 5]

Le transfert LDAP sera utilisé par de nombreuses machines. Utiliser une
demande de transfert dans LDAP assurera mieux votre courriel et le
rendra plus rapide, puisqu'il pourra emprunter différents chemins.

procmail
~~~~~~~~
** Si vous utilisez procmail pour votre boîte à courriels principale,
veuillez effacer votre fichier .forward et ajouter un .procmailrc à
la place ! Cette fonctionnalité est supportée sur master depuis longtemps
maintenant, et continuera à l'être.

La façon convenable d'appeler procmail est « |/usr/bin/procmail [options] »
Ignorez IFS="..", dans la page de manuel de procmail.

Formats des boîtes à courriels
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Format des fichiers Mailbox : « /debian/home/foo/Mbox »
Format des fichiers Maildir : « /debian/home/foo/MDir/ »

Pour délivrer à /var/spool/mail/foo, utilisez une construction comme
« |/usr/bin/procmail -m /dev/null ». Mettre le chemin de la boîte à
courriels ne fonctionnera pas. Vous devez utiliser des chemins absolus
pour les boîtes à courriels, les fichiers ./ semblables à qmail ne sont
pas supportés par Exim.

En outre, les fichiers de filtre d'exim sont volontairement désactivés.

Environnement de distribution
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Certaines variables d'environnement sont établies par le message (pas par
les citations ! attention !). Il est important de remarquer que les variables
d'environnement s'occupant de l'adressage qui s'appliquent à l'adresse
ENVELOPE ne sont absolument pas liées au contenu actuel du message :

Var. d'env. « standard »  EXTENSION (le « foo » dans .forward-foo)
                          LOGNAME,USER (votre nom d'utilisateur)
                          SENDER (nom de l'expéditeur du message)
Var. d'env. « Qmail »     EXT == EXTENSION
                          LOCAL = (la totalité de ce qu'il y a avant @)
                          RECIPIENT = (le destinataire complet)
Ce qui donne :
  $RECIPIENT = $LOCAL-EXTENSION@<something>

Ce sont des variables d'environnement que nous garderons, je l'espère, même
dans le cas où nous aurions à changer de serveur de messagerie encore une
fois.

Jason

Date : Lun. 8 mai 2000 22 h 09 ' 45 " -0400
De : Richard Higson <richard.higson@gt.owl.de>
À : debian-s390@lists.debian.org
Cc : debian-devel@lists.debian.org, LINUX-390@VM.MARIST.EDU
Sujet : Le portage de Debian sur S/390 commence à s'accélérer.

Envoi croisé à :
	debian-devel@lists.debian.org
	debian-s390@lists.debian.org
	LINUX-390@VM.MARIST.EDU

Salut, et salutations de Poughkeepsie, État de New York, États-Unis,
où je suis en train de travailler sur un Redbook Linux/390
(http://www.redbooks.ibm.com/residencies/LS-J003.html)

Tant que je suis là et que j'ai accès à un parc complet d'ordinateurs
les plus gros, les meilleurs et les plus nombreux que j'aie jamais vus,
j'ai commencé à faire le travail sale pour lancer un portage de Debian
sur S/390 dans mon « large temps libre ». Je continuerai à le faire quand
je rentrerai chez moi, même si les machines que j'aurai seront minuscules
en comparaison de ce que j'utilise ici.

J'ai retrouvé beaucoup d'amis de Debian au sein d'IBM.
Debian est vue ici comme une distribution très respectée et de haute
qualité. Une distribution Debian pour S/390 concorderait bien avec
l'idée qu'IBM ne veut pas seulement faire des distributions commerciales.
Cependant, il est très difficile au niveau de l'organisation pour
un empire aussi grand qu'IBM de formaliser une « coopération » avec
une organisation « informelle » comme Debian.

Je suis particulièrement impressionné par la façon dont est
respecté, compris et *vécu* l'esprit du (discours sur le) logiciel
libre au sein de différentes équipes que j'ai eu l'occasion de rencontrer
ici (et en Allemagne). Il y a toujours des questions à résoudre, comme
l'incorporation des changements de gcc-s390-tool-chain, mais ces
sortes de choses avancent à la vitesse des avocats les moins rapides,
pas des développeurs. Ça va venir.

J'espère qu'IBM a trouvé une façon publique de dire qu'ils acceptent
et supportent l'initiative de Debian pour la création d'un portage
de Debian sur S/390, sans nous demander de jouer le rôle d'une entité
commerciale (ce que nous n'avons jamais voulu).

J'espère que Debian trouvera une façon d'accepter, et de remercier
pour le support, les encouragements et les gros efforts que beaucoup
de personnes et de départements d'IBM nous offrent.

C'en est assez de la politique pour aujourd'hui, voici les choses
amusantes.

J'ai modifié un script de Florian Lohoff (flo@rfc.822.org) qui parcourt
juste la liste des paquets et recueille tout ce qui n'a pas de $ARCH-veto.
(La seule utilité pour un ordinateur muni d'une carte SoundBlaster serait si le
sol était légèrement inégal.)

Ces paquets de source se retrouvent dans dpkg-buildpackage -b -us -uc.
Les survivants habitent la « planète OK », tout le reste la « planète
NON », et c'est là que les choses amusantes commencent - choisir des
morceaux et les corriger.

Il n'y a rien de subtile dans cette manière de faire, et *c'est* un
bon outil pour le processeur, tool-chain et les tests de disquettes,
c'est pourquoi je l'ai appelé Brute-Force-Build-Daemon ;-)

Vous pouvez suivre cela sur http://pax.gt.owl.de/~higson/debian-s390/

Si vous avez des suggestions sur comment nous « devrions » gérer
le côté Debian de cela, ou si vous voulez rejoindre le navire, veuillez
vous inscrire à la liste de diffusion debian-s390 à
https://www.debian.org/MailingLists/subscribe

Les généralités et les spécificités de S/390 pour linux sont discutées
sur linux-390@vm.marist.edu

//rhi
--
« Tout ce que vous faites finira par devenir insignifiant, mais il est
très important de le faire. »  == Mahatma Gandhi ==
Bonne journée ;-) Richard Higson mailto:richard.higson@gt.owl.de

Pour recevoir cette gazette chaque semaine dans votre boîte à lettres, abonnez-vous à la liste de diffusion debian-news pour la version anglaise ou à la liste de diffusion debian-news-french pour la version française.

Les dernières parutions de cette gazette sont disponibles.

Ce numéro de la Debian Weekly News a été édité par Joey Hess.
Il a été traduit par Thomas Huriaux.