[ précédent ] [ Table des matières ] [ 1 ] [ 2 ] [ 3 ] [ 4 ] [ A ] [ suivant ]


Bref historique de Debian
Chapitre 4 - Historique détaillé


4.1 Les versions 0.x

Debian est né en août 1993 grâce à Ian Murdock, alors étudiant à l'université de Purdue, aux États-Unis. Debian fut soutenue par le projet GNU de la Free Software Foundation, l'association créée un an auparavant par Richard Stallman et associée à la Gnu Public License (NdT : Licence Publique Générale) (GPL), de novembre 1994 jusqu'à novembre 1995.

Les versions 0.01 jusqu'à 0.90 de Debian ont été publiées entre août et décembre 1993. Ian Murdock écrivait alors :

« La version 0.91 de Debian a été publiée en janvier 1994. Elle avait un système primitif de gestion de paquets qui permettait aux utilisateurs de manipuler les paquets mais n'autorisait pas grand chose d'autre (il ne possédait certainement pas de dépendances ou d'options analogues). À ce moment-là, quelques dizaines de personnes travaillaient sur Debian, même si je devais toujours assembler les versions moi-même. La version 0.91 fut la dernière version faite de cette manière. »

« Une grande partie de l'année 1994 a été consacrée à organiser le projet Debian de façon à ce que les autres puissent plus directement contribuer, comme pour la réalisation de dpkg (Ian Jackson fut très largement responsable de cette dernière). Si je me souviens bien, il n'y a pas eu de version officielle en 1994, bien que nous en ayons eu un certain nombre en interne, à chaque fois que nous progressions dans l'avancement de la distribution. »

« La Debian 0.93, en version 5, est sortie en mars 1995 et a été la première version « moderne » de Debian : il n'y avait jamais eu autant de développeurs (bien que je ne puisse me rappeler combien), chacun maintenait ses propres paquets et dpkg était utilisé pour installer et maintenir tous ces paquets après l'installation du système de base. »

« La Debian 0.93, en version 6, est sortie en novembre 1995 et a été la dernière version au format a.out. Il y avait environ 60 développeurs pour maintenir les paquets de la version 0.93R6. Si je me souviens bien, dselect a fait son apparition dans cette version. »

Ian Murdock fait aussi remarquer que la Debian 0.93R6 « ... a été ma version favorite de Debian » bien qu'il admette la possibilité d'être de parti pris, alors qu'il avait arrêté de travailler activement sur le projet en mars 1996 durant la pré-production de la Debian 1.0. Cette dernière fut renommée 1.1 pour éviter toute confusion avec un fabricant de cédérom qui avait nommé faussement 1.0 une version précédente. Cet incident mena au concept d'images ISO « officielles », de façon à éviter aux vendeurs ce genre de bévue.

Durant le mois d'août 1995 (entre les versions 0.93R5 et 0.93R6 de Debian), Hartmut Koptein a débuté le premier portage de Debian pour la famille des Motorola m68k. Il disait que « de nombreux paquets étaient construits autour de l'architecture i386 (« petit-boutiste », -m486, -O6 et tout ce genre d'options de la bibliothèque libc4) et que cela a été un travail énorme que d'avoir une base de paquets de départ sur ma machine (un Atari Medusa 68040, 32 MHz). Après trois mois (en novembre 1995), j'ai mis à disposition 200 paquets, sur les 250 disponibles, tous pour la bibliothèque libc5 ! ». Plus tard, il commença un autre portage avec Vincent Renardias et Martin Schulze, pour la famille des PowerPC.

À partir de ce moment-là, le projet Debian s'est développé en incluant de nombreux portages vers d'autres architectures, ainsi qu'un portage vers un nouveau noyau (différent de Linux), le micronoyau GNU Hurd, et au moins une variante du noyau BSD.

Un des tout premiers membres du projet, Bill Mitchell, se rappelle au sujet du noyau Linux :

« ... On devait être entre la version 0.99r8 et 0.99r15 lorsqu'on a débuté. Pendant très longtemps, j'étais capable de construire un noyau en moins de 30 minutes sur une machine dotée d'un 386 à 20 MHz, et j'étais ainsi capable d'installer une Debian dans le même temps avec moins de 10 Mo d'espace disque. »

« ... Je me souviens que l'équipe initiale comprenait Ian Murdock, moi-même, Ian Jackson, un autre Ian dont le nom de famille m'échappe, Dan Quinlan, et quelques autres personnes dont je ne me souviens pas des noms. Matt Welsh faisait aussi partie du groupe initial, ou l'a rejoint à ses tout débuts (il a depuis quitté le projet). Quelqu'un a créé une liste de diffusion et nous nous sommes mis au travail. »

« Si je me souviens bien, nous ne sommes pas partis d'un plan défini, et nous n'avons pas commencé en définissant des objectifs avec une approche très organisée. Dès le début, si je ne me trompe pas, nous avons rassemblé aléatoirement les sources d'un certain nombre de paquets. Avec le temps, nous avons fini par mettre au point une collection de composants qui seraient nécessaires au cœur de la distribution : le noyau, un shell, update, getty, de nombreux autres programmes et fichiers de configuration requis pour initialiser le système ainsi que tout un jeu d'utilitaires. »


4.1.1 Le premier gestionnaire de paquets de Debian

Aux tout premiers pas du projet, ses membres ont choisi de ne distribuer que les paquets source. Chaque paquet serait composé du code source amont ainsi que d'une rustine pour Debian. Les utilisateurs n'auraient alors qu'à « décompresser » les sources, appliquer les rustines puis compiler eux-mêmes. Ils ont cependant compris très tôt qu'une distribution sous forme d'exécutables serait nécessaire. Le premier outil d'empaquetage, écrit par Ian Murdock et appelé dpkg, créait un paquet dans un format binaire spécifique à Debian et pouvait être utilisé plus tard pour dépaqueter et installer les fichiers d'un paquet.

Ian Jackson a ensuite rapidement repris le développement de l'outil d'empaquetage, en renommant l'outil lui-même dpkg-deb et en écrivant une interface qu'il appela dpkg pour faciliter l'utilisation de dpkg-deb et introduire les notions de dépendances et conflits du système Debian d'aujourd'hui. Les paquets fabriqués à partir de ces outils possédaient un en-tête avec la version de l'outil utilisé pour créer le paquet et un fichier à l'intérieur duquel se trouvait l'archive sous forme compressée (tar) , lequel était séparé de l'en-tête par des informations de contrôle.

C'est à ce moment qu'un débat a pris forme au sein des membres du projet. Certains préconisaient l'abandon du format spécifique de Debian créé par dpkg-deb en faveur du format de l'outil ar. Après de nombreuses versions de formats de fichiers, et autant d'adaptations des outils d'empaquetage, le format ar fut adopté. La valeur ajoutée de ce changement fut la possibilité pour un paquet Debian d'être dépaqueté sur n'importe quel système Unix sans avoir besoin de lancer un exécutable auxiliaire. En d'autres mots, seuls les outils standards présents sur chaque système Unix comme 'ar' ou 'tar' sont nécessaires au dépaquetage d'un paquet binaire Debian pour en examiner le contenu.


4.2 Les versions 1.x

Lorsque Ian Murdock quitta Debian, il nomma Bruce Perens comme successeur. Bruce s'était initialement intéressé à Debian alors qu'il essayait de créer une distribution de Linux sur cédérom nommée « Linux for Hams », qui devait inclure tous les logiciels Linux intéressant les opérateurs de radio amateur. Constatant que le cœur du système Debian nécessitait encore bien plus de développement pour correspondre à son projet, Bruce s'est mis à travailler intensivement sur le système de base et les outils relatifs à l'installation, en remettant ses projets à plus tard. Son travail incluait l'assemblage (avec Ian Murdock) du premier ensemble des scripts d'installation de Debian, qui ont permis de créer la disquette de secours, qui a été un composant essentiel de la panoplie d'outils d'installation de Debian pour plusieurs versions.

Ian Murdock raconte :

« Bruce fut le candidat naturel à ma succession car il maintenait le système de base depuis près d'un an. Il a pu ainsi combler le vide dû au fait que le temps que je pouvais consacrer à Debian déclinait rapidement. »

Il lança un certain nombre d'éléments importants du projet, incluant la coordination des efforts pour écrire les principes du logiciel libre selon Debian et le Contrat Social de Debian ainsi que le démarrage de l'Open Hardware Project. Pendant la durée de ses fonctions de chef de projet, Debian a gagné des parts de marché et une réputation de plate-forme pour utilisateurs de Linux sérieux et compétents.

Bruce Perens a été aussi à l'origine de la création de Software in the Public Interest, Inc.. Bien qu'originellement conçue afin de donner au projet Debian une entité légale pour recevoir des dons, ses objectifs évoluèrent rapidement pour inclure le soutien aux projets de logiciels libres en dehors du projet Debian.

Voici les différentes versions de Debian publiées pendant cette période :

Il y a eu quelques versions intermédiaires pour la version 1.3, la dernière portant le numéro 1.3.1R6.

Bruce Perens a été remplacé par Ian Jackson comme chef de projet Debian au début du mois de janvier 1998, après avoir amené le projet à la préparation de la version 2.0.


4.3 Les versions 2.x

Ian Jackson est devenu le responsable du projet Debian au début de l'année 1998 et tout de suite après vice-président de la Software in the Public Interest. Après la démission du trésorier (Tim Sailer), du président (Bruce Perens) et du secrétaire (Ian Murdock), il est devenu président et trois nouveaux membres furent choisis : Martin Schulze (vice-président), Dale Scheetz (secrétaire) et Nils Lohner (trésorier).

La version 2.0 de Debian (Hamm) est sortie en juillet 1998 pour les architectures de processeurs Intel i386 et Motorola 68000. Cette version se caractérise par l'introduction d'une nouvelle version des bibliothèques C (libc6 reposant sur la glibc2). Au moment de sa sortie, il y avait plus de 1500 paquets maintenus par plus de 400 développeurs Debian.

Wichert Akkerman a succédé à Ian Jackson comme chef de projet Debian en janvier 1999. La version 2.1 de Debian a étépubliée le 9 mars 1999, après avoir été retardée pendant une semaine par l'arrivée de problèmes de dernière minute.

Debian 2.1 (Slink) gérait officiellement deux nouvelles architectures : Alpha et Sparc. Les paquets de X-Window ont été profondément réorganisés par rapport aux précédentes versions. Elle incluait aussi apt, l'interface de gestion de paquets de la génération suivante. De plus, cette version de Debian a été la première à nécessiter deux cédéroms pour le « jeu de cédéroms officiels » ; elle contenait environ 2250 paquets.

Le 21 avril 1999, Corel Corporation et le projet KDE concrétisèrent une alliance avec Debian lorsque Corel affirma son intention de fabriquer une distribution Linux basée sur Debian et l'environnement de bureau du projet KDE. Durant le printemps et l'été suivant, une autre distribution basée sur Debian fit son apparition, Storm Linux. Le projet Debian choisit alors un nouveau logo, en créant à la fois une version officielle à utiliser sur le matériel utilisant Debian, comme les cédéroms ou les sites web officiels du projet, et une version non officielle pour une utilisation dérivée de Debian ou mentionnant son nom.

Un nouveau portage, unique en son genre, débuta à ce moment avec le Hurd. C'est la première tentative d'utiliser un noyau non-Linux, avec le GNU Hurd, une version du micronoyau GNU Mach.

Debian 2.2 (Potato) est sortie le 15 août 2000 pour les architectures de processeurs Intel i386, Motorola 68000, Alpha, SUN Sparc, PowerPC et ARM. Elle a été la première version à inclure les portages pour PowerPC et ARM. Au moment de sa sortie, il y avait plus de 3900 paquets binaires et 2600 paquets sources maintenus par plus de 450 développeurs Debian.

Debian 2.2 a montré comment un projet de logiciel libre pouvait mener à un système d'exploitation moderne malgré tous les problèmes liés. Une étude approfondie[1]a été réalisé par un groupe d'intérêt dans un article nommé Counting potatoes, dont voici un extrait :

« [...] nous avons utilisé le système sloccount de David A. Wheeler pour déterminer le nombre de lignes de code source physiques (SLOC) de Debian 2.2 (Potato). Nous avons montré que Debian 2.2 contenait plus de 55 millions de SLOC physiques (presque deux fois plus que Red Hat 7.1, sortie environ 8 mois plus tard), et démontrant que le modèle de développement de Debian (basé sur le travail d'un groupe important de développeurs volontaires répartis dans le monde) est au moins aussi efficace que d'autres méthodes de développement [...] Nous avons également montré que si Debian avait été développée avec les méthodes propriétaires habituelles, le modèle COCOMO estime que le coût de Debian 2.2 aurait été proche de 1,9 milliard de dollars américains. De plus, nous avons fourni une analyse des langages de programmation utilisés dans la distribution (C à 70 %, C++ à 10 %, LISP et Shell à 5 %, puis les autres), et des paquets les plus importants (Mozilla, le noyau Linux, PM3, XFree86, etc.). »


4.4 Les versions 3.x

Avant même que la sortie de Woody puisse être préparée, un changement du système des archives sur ftp-master devait être effectué. Les dépôts de paquets ont été activés sur ftp-master mi-décembre 2000, pour permettre les distributions spécifiques, telle que la nouvelle distribution de test (testing) utilisée pour la première fois pour rendre Woody prête à être distribuée. Un dépôt de paquet n'est qu'une collection des différentes versions d'un paquet donné, depuis lequel de nombreuses distributions (actuellement experimental, unstable, testing et stable) peuvent extraire des paquets, qui sont ensuite inclus dans le fichier « Packages » de la distribution.

Au même moment, la nouvelle distribution Testing fut introduite. Le principe était de déplacer dans Testing les paquets de Unstable annoncés stables, après une période de quelques semaines. Ceci a été introduit pour réduire le temps de gel et donner au projet la possibilité de préparer une nouvelle version à n'importe quel moment.

À cette époque, certaines des sociétés qui distribuaient des versions modifiées de Debian fermèrent définitivement. Corel vendit sa division Linux lors du premier trimestre 2001, Stormix déclara sa faillite le 17 janvier 2001, et Progeny stoppa le développement de sa distribution le 1er octobre 2001.

Le gel de la version suivante commença le 1er juillet 2001. Cependant, un peu plus d'un an fut nécessaire au projet pour sortir la version suivante, en raison de problèmes dans les disquettes d'amorçage, de l'introduction de logiciels de chiffrage dans l'archive principale et des changements de l'architecture sous-jacente (l'architecture du dépôt d'entrée des paquets et du dépôt de sécurité). Pourtant, pendant ce temps, la version stable (Debian 2.2) a été révisée jusqu'à sept fois, deux chefs du projet ont été élus : Ben Collins (en 2001) et Bdale Garbee. De plus, le travail de Debian sur d'autres sujets que l'empaquetage continuait à croître, entre autres l'internationalisation, le site web de Debian (plus d'un millier de pages) traduit dans plus de 20 langues, et le programme d'installation de la future version était prêt dans 23 langues. Les deux projets internes Debian Junior (pour les enfants) et Debian Med (pour les cabinets médicaux et la recherche) ont démarré lors du processus de sortie de Woody, avec l'objectif de rendre Debian adaptée à ces tâches.

Le travail autour de Debian n'a pas empêcher l'organisation par les développeurs d'une rencontre annuelle appelée Debconf par les développeurs. La première réunion a eu lieu du 2 au 5 juillet en parallèle des Rencontres du Logiciel Libre (RLL) à Bordeaux (France) et a regroupé environ quarante développeurs Debian. La deuxième conférence s'est déroulé le 5 juillet 2002 à Toronto (Canada) et a rassemblé plus de 80 participants.

Debian 3.0 (Woody) est sortie le 19 juillet 2002 pour les architectures de processeurs Intel i386, Motorola 68000, Alpha, SUN Sparc, PowerPC, ARM, HP PA-RISC, IA-64, MIPS, MIPS (DEC) et IBM s/390. Elle fut la première version à inclure les portages pour HP PA-RISC, IA-64, MIPS, MIPS (DEC) et IBM s/390. Au moment de sa sortie, il y avait plus de 8500 paquets binaires maintenus par plus d'un millier de développeurs Debian, et elle fut la première version à être disponible aussi bien sous forme de DVD-ROM que sous forme de CD-ROM.

Attendant la prochaine publication, les conférences Debian annuelles continuaient : la quatrième s'est tenue à Oslo du 18 juillet au 20 juillet 2003 avec plus de cent vingt participants, précédée d'un Debcamp du 12 juillet au 17 juillet. La cinquième conférence s'est tenue du 26 mai au 2 juin 2004 à Porto Alegre au Brésil et a rassemblé plus de cent soixante participants venant de vingt-six pays différents.

Debian 3.1 (Sarge) est sortie le 6 juin 2005 pour les mêmes architectures que Woody, bien qu'un portage AMD64 non officiel ait été publié au même moment, en utilisant l'infrastructure d'hébergement du projet disponible à http://alioth.debian.org. Il y avait alors environ 15000 paquets binaires maintenus par plus de mille cinq cents développeurs Debian.

La version Sarge a connu de nombreux changements majeurs, principalement en raison du temps important pris pour stabiliser et publier la distribution. Cette version n'a pas seulement mis à jour plus de 73 % des logiciels fournis dans la version précédente, mais a aussi ajouté plus de logiciels que les précédentes versions, en doublant presque de taille, avec plus de 9000 nouveaux paquets dont la suite OpenOffice, le navigateur web Firefox et le client de messagerie électronique Thunderbird.

Cette version était livrée avec les séries 2.4 et 2.6 du noyau Linux, XFree86 4.3, GNOME 2.8 et KDE 3.3 ainsi qu'un installateur flambant neuf. Ce nouvel installateur a remplacé les disquettes d'amorçage vieillissantes par une conception modulaire, fournit des installations avancées (avec le support RAID, XFS et LVM) avec détection du matériel, facilitant ainsi les installations pour les novices, quelle que soit l'architecture. Aptitude est devenu l'outil sélectionné pour la gestion des paquets. Le système d'installation peut aussi se vanter d'un support complet de l'internationalisation puisqu'il a été traduit dans environ quarante langues. La documentation : le manuel d'installation et les notes de publication, ont été rendus disponibles lors de la publication dans dix et quinze langues respectivement.

Cette version comprend les efforts des sous-projets Debian-Edu/Skolelinux, Debian-Med et Debian-Accessibility, qui ont augmenté le nombre de paquets éducatifs, liés au domaine médical ainsi que ceux spécialement conçus pour les personnes handicapées.

La sixième conférence Debian s'est tenue à Espoo en Finlande du 10 juillet au 17 juillet 2005 et a rassemblé plus de trois cents participants. Des vidéos de la conférence sont disponibles en ligne.

La septième conférence Debian s'est tenue à Oaxtepec au Mexique du 14 mai au 22 mai 2006 et a rassemblé environ deux cents participants. Des vidéos et des photos de la conférence sont disponibles en ligne.


4.5 Les versions 4.x

Debian 4.0 (etch) a été publiée le 8 avril 2007 pour le même nombre d'architecture que sarge, en incluant le portage AMD64 mais en ayant abandonné le portage pour m68k. Celui-ci était néanmoins encore disponible dans la distribution unstable. Il y avait environ 18200  paquets binaires maintenus par plus de 1030 développeurs Debian.


4.6 Les versions 5.x

Debian 5.0 (lenny) a été publiée le 14 février 2009 pour une architecture de plus que pour son prédécesseur, etch. Elle incluait le portage pour les nouveaux processeurs ARM. Comme pour la version précédente, le portage pour m68k était encore disponible dans la distribution unstable. Il y avait environ 23000 paquets binaires (construits à partir de plus de 12000 paquets source) maintenus par plus de 1010 développeurs Debian.

La huitième conférence Debian s'est tenue à Edinbourg en Écosse du 17 au 23 juin 2007 et a rassemblé environ quatre cents participants. Des vidéos et des photos de la conférence sont disponibles en ligne.

La neuvième conférence Debian s'est tenue à Mar de Plata en Argentine du 10 au 16 août 2008 et a rassemblé environ deux cents participants. Des vidéos et des photos de la conférence sont disponibles en ligne.

La dixième conférence Debian s'est tenue à Caceres en Espagne du 23 au 30 juillet 2006 et a rassemblé environ deux cents participants. Des vidéos et des photos de la conférence sont disponibles en ligne.

La onzième conférence Debian s'est tenue à New York aux USA du premier au 7 août 2010, avec au préalable le Debcamp qui s'est tenu du 25 au 31 juillet. Plus de deux cents personnes se sont rassemblées sur le campus de Colombia, en incluant des développeurs Debian, des mainteneurs et des utilisateurs pour participer à la conférence. Des vidéos et des photos de la conférence sont disponibles en ligne.


4.7 Les versions 6.x

Debian 6.0 (squeeze) a été publiée le 6 Février 2011.

Le 29 Juillet 2009 le projet a décidé d'adopter des versions basées sur un calendrier de telle manière que chaque nouvelle version serait publiée durant la première moitié des années paires. Squeeze a été la seule exception à la politique des deux ans afin de pouvoir se synchroniser avec ce nouveau calendrier.

Cette politique a été adoptée pour fournir une meilleure prédictabilité aux utilisateurs de Debian ainsi que pour permettre aux développeurs de Debian d'optimiser leur planning sur le long terme. Un cycle de deux ans pour les publications permet d'avoir plus de temps pour les changements perturbateurs, ce qui réduit les désagréments occasionnés aux utilisateurs. Des dates de gel prévisibles devraient également permettre de réduire la durée totale de la période de gel.

Toutefois, bien que le gel était attendu en Décembre 2009, l'annonce du gel est arrivée en août 2010, coïncidant avec la célébration de la dixième rencontre Debconf à New York.

Les nouvelles fonctionnalités incluent :

De nombreux paquets ont commencé à utiliser le nouveau format des sources de paquets basé sur quilt. Ce nouveau format, appelé « 3.0 quilt » pour les paquets non-natifs, sépare les rustines de Debian du code source distribué. Un autre nouveau format, appelé « 3.0  natif » a aussi été introduit pour les paquets natifs. Les nouvelles fonctionnalités de ces formats incluent la gestion de plusieurs archives amont, la gestion pour les archives compressées avec bzip2 et lzma et enfin l'inclusion de fichiers binaires.

La douzième Debconf a eu lieu à Banja Luka, en République Serbe, Bosnie et Herzégovine du 24 au 31 juillet 2011, précédée par le Debcamp du 17 au 23 juillet.

La treizième Debconf au eu lieu à Managua au Nicaragua du 8 au 14 juillet 2011, précédée par le Debcamp du 1er au 6 juillet et de la Journée Debian le 7 juillet.


4.8 Les versions 7.x

Debian 7.0 (wheezy) a été publiée le 4 mai 2013. Cette nouvelle version de Debian contient des fonctionnalités variées intéressantes telles que la gestion multiarchitecture, plusieurs outils spécifiques pour déployer des nuages privés, un installateur amélioré, ainsi que toute une panoplie de codecs et clients multimédia permettant de s'affranchir du besoin de dépôts tiers.

La « gestion multiarchitecture » a été introduite pendant la onzième conférence Debconf tenue en juillet 2011. Cette fonction fût un des objectifs de publication. Cest une remise en cause radicale de la manière de penser la hiérarchie du système de fichiers en rapport avec les chemins de bibliothèques et d'en-tête, afin de permettre, sur une même machine, d'installer facilement et en parallèle des programmes et des bibliothèques provenant d'architectures matérielles différentes. L'utilisateur peut ainsi installer des paquets d'architectures différentes sur une même machine. Cette possibilité est utile pour de nombreuses raisons, la plus courante étant d'installer des logiciels 64 et 32 bits sur une même machine tout en ayant les dépendances automatiquement résolues correctement. Cette fonction est décrite de manière approfondie dans le manuel multiarchitecture.

La procédure d'installation a été grandement améliorée. Le système peut désormais être installé à l'aide d'un logiciel de synthèse vocale, par exemple pour les personnes malvoyantes ne disposant pas de périphérique braille. Grâce à la contribution d'un grand nombre de traducteurs, le système d'installation est disponible dans 73 langues et plus d'une dizaine pour la synthèse vocale. De plus, et pour la première fois, Debian gère l'installation et le démarrage UEFI pour les nouveaux PC 64bits, mais sans toutefois la gestion du démarrage sécurisé (Secure Boot).

Les autres nouvelles fonctionnalités et paquets logiciels mis à jour incluent :

Pour davantage d'informations sur les nouvelles fonctionnalités introduites dans cette version, veuillez vous référer au chapitre Nouveautés dans Debian 7.0 des notes de publication de Wheezy.


4.9 Événements importants


4.9.1 Juillet 2000 : décès de Joel Klecker

Le 11 juillet 2000, Joel Klecker, aussi connu sous le pseudonyme « Espy », a disparu à 21 ans. Personne ne savait que derrière le pseudonyme « Espy » sur #mklinux, les listes de diffusion ou les canaux de discussion Debian, il y avait un jeune homme souffrant d'une forme de dystrophie musculaire de Duchenne. La plupart des gens le connaissaient seulement comme « le gars de la glibc et du powerpc chez Debian » et n'avaient aucune idée des difficultés que Joel combattait. Bien que physiquement diminué, il a partagé son grand esprit avec les autres.

Joel Klecker (alias Espy) sera regretté.


4.9.2 Octobre 2000 : implémentation des dépôts de paquets

James Troup a rapporté qu'il avait travaillé à réimplémenter les outils de maintenance de l'archive et était passé aux dépôts de paquets. Depuis cette date, les fichiers sont enregistrés à l'intérieur du répertoire pools du dépôt, dans un répertoire nommé d'après le paquet source correspondant. Les répertoires des distributions contiennent uniquement les fichiers des paquets qui contiennent des références au dépôt. Cela simplifie le cas des distributions qui se recoupent, comme la distribution de test ou la distribution instable. L'archive repose sur une base de données sous PostgreSQL, ce qui accélère les recherches.

Ce concept de gestion des archives Debian comme un genre de cache de paquets a été lancé par Bdale Garbee dans ce courrier électronique à la liste de diffusion debian-devel en mai 1998.


4.9.3 Mars 2001 : décès de Christopher Rutter

Le 1er mars 2001, Christopher Matthew Rutter (aussi connu sous le pseudonyme « cmr ») a été tué à l'âge de 19 ans en étant percuté par une voiture. Christopher était un jeune et célèbre membre du projet Debian, aidant au portage ARM.

Chris Rutter sera regretté.


4.9.4 Mars 2001 : décès de Fabrizio Polacco

Le 28 mars 2001, Fabrizio Polacco a disparu des suites d'une longue maladie. Le projet Debian honore son bon travail ainsi que son fort dévouement à Debian et au logiciel libre. Les contributions de Fabrizio ne seront pas oubliées, les autres développeurs iront de l'avant pour continuer son travail.

Fabrizio Polacco sera regretté.


4.9.5 Juillet 2002 : décès de Martin Butterweck

Le 21 juillet 2002, Martin Butterweck (aussi connu sous le pseudonyme « blendi ») a disparu après avoir combattu la leucémie. Martin était un jeune membre du projet Debian, qui avait rejoint récemment le projet.

Martin Butterweck sera regretté.


4.9.6 Novembre 2002 : incendie d'un serveur Debian

Le 20 novembre 2002 aux environs de 8 heures CET, le centre des opérations réseau (NOC) de l'Université de Twente a pris feu. L'immeuble avait brûlé entièrement. Les pompiers avaient abandonné tout espoir de pouvoir protéger la zone des serveurs. Le NOC hébergeait satie.debian.org qui contenait les archives de sécurité et non-US, de même que les bases de données des nouveaux responsables (nm) et de l'assurance qualité (qa). Debian a reconstruit ces services sur la machine klecker, qui avait récemment déménagé des États-Unis vers les Pays-Bas.


4.9.7 Mai 2004 : décès de Manuel Estrada Sainz et Andrés García

Le 9 mai, Manuel Estrada Sainz (alias ranty) et Andrés García (alias ErConde) ont été tués dans un tragique accident de voiture en rentrant de la conférence sur les logiciels libres tenue à Valence, en Espagne.

Manuel Estrada Sainz et Andrés García seront regrettés.


4.9.8 Juillet 2005 : décès de Jens Schmalzing

Le 30 juillet, Jens Schmalzing (alias jensen) a été tué dans un tragique accident sur son lieu de travail à Munich en Allemagne. Il était impliqué dans Debian comme responsable de plusieurs paquets, supporteur du portage PowerPC, membre de l'équipe du noyau, et a aidé à migrer le paquet du noyau pour PowerPC vers la version 2.6. Il maintenait également l'émulateur « Mac-on-Linux » et ses modules du noyau, et a aidé à la mise au point de l'installateur ainsi qu'aux activités locales à Munich.

Jens Schmalzing sera regretté.


4.9.9 Décembre 2008 : décès de Thiemo Seufer

Le 26 décembre Thiemo Seufer (alias ths) a été tué dans un accident de voiture. Il était le responsable principal des portages MIPS et MISPEL et il a aussi grandement contribué à l'installateur Debian bien avant de devenir un développeur Debian en 2004. Comme membre de l'équipe QEMU, il a écrit la plus grande partie de la couche de l'émulateur MIPS.

Thiemo Seufer sera regretté.


4.9.10 Août 2010 : décès de Frans Pop

Frans Pop (fjp) est décédé en Août 2010. Frans était impliqué dans Debian comme le mainteneur de plusieurs paquets, comme un supporter du portage S/390 ainsi comme un des membres les plus impliqués de l'équipe de l'installateur Debian. Il était un listmaster de Debian, le rédacteur et le gestionnaire de publications du « Guide de l'Installation » et des notes de publications, et également un traducteur en hollandais.

Frans Pop sera regretté.


4.10 Et après ?

Le projet Debian continue son travail sur la distribution instable (nom de code Sid, d'après le démoniaque et instable gamin du film « Toy Story 1 », qui ne devrait jamais être lâché dans le monde réel). Sid est le nom permanent donné à la distribution instable qui est « Still in Development » (NDT : toujours en développement). La plupart des nouveaux paquets ou des paquets mis à jour sont placés dans cette distribution.

Il est prévu que la version de test (Testing) devienne la prochaine distribution stable, de nom de code jessie.


[ précédent ] [ Table des matières ] [ 1 ] [ 2 ] [ 3 ] [ 4 ] [ A ] [ suivant ]


Bref historique de Debian

2.19 (dernière révision le 4 mai 2013)

Projet de documentation Debian debian-doc@lists.debian.org