[ précédent ] [ Table des matières ] [ 1 ] [ 2 ] [ 3 ] [ 4 ] [ A ] [ suivant ]


Bref historique de Debian
Chapitre 3 - Les versions de Debian


Debian 0.01 jusqu'à 0.90 (d'août à décembre 1993)

Debian 0.91 (janvier 1994) : cette version avait un système de paquets simpliste qui permettait d'installer et de désinstaller des paquets. Le projet est passé à plusieurs dizaines de personnes à ce moment.

Debian 0.93R5 (mars 1995) : la responsabilité de chaque paquet a été clairement assignée à un développeur à partir de cette date, et le gestionnaire de paquets (dpkg) a été utilisé pour installer les paquets après l'installation d'un système de base.

Debian 0.93R6 (novembre 1995) : apparition de dselect. Ce fut la dernière version de Debian au format binaire a.out. Il y avait environ 60 développeurs. Le premier serveur master.debian.org a été construit par Bdale Garbee et hébergé par HP, parallèlement au développement de la version 0.93R6. Le déploiement d'un serveur maître explicite, sur lequel les développeurs Debian construiraient chaque version, a conduit directement à la création d'un réseau de miroirs Debian, et indirectement au développement de nombreuses chartes et procédures utilisées aujourd'hui pour gérer le projet.

Debian 1.0 n'est jamais parue : « InfoMagic », un revendeur de cédéroms, livra accidentellement la version de développement de Debian sous le nom 1.0. En décembre 1995, Debian et InfoMagic annoncèrent conjointement que cette version était déclarée radiée. Bruce Perens expliquait alors que les fichiers présents dans le « InfoMagic Linux Developer's Resource 5-CD Set November 1995 » annoncé comme « Debian 1.0 » ne constituaient pas la version 1.0 de Debian, mais une version de développement précédente qui n'était que partiellement au format ELF, ne s'amorçait probablement pas correctement, et ne représentait pas la qualité d'un système Debian officiel. Pour éviter la confusion entre cette version prématurée et la version réelle de Debian, le projet Debian a renommé sa version suivante « Debian 1.1 ». La version prématurée de Debian 1.0 sur cédérom n'est pas reconnue et ne devrait pas être utilisée.

L'hébergement de master.debian.org a été déplacé de HP à i-Connect.Net à la fin de l'année 1995. Michael Neuffer et Shimon Shapiro, fondateurs de i-Connect.Net, ont hébergé master sur leur propre matériel pendant un peu plus d'une année. Pendant cette période, ils ont proposé de nombreux services à Debian, en incluant le processus de nouveau mainteneur et en aidant significativement la croissance du nouveau réseau de miroirs Debian.

Debian 1.1 Buzz (17 juin 1996) : ce fut la première version de Debian portant un nom de code. Il a été choisi, comme tous les autres par la suite, d'après les personnages du film Toy Story... et dans le cas présent d'après celui de Buzz Lightyear (Buzz l'éclair). À ce moment, Bruce Perens prenait la succession de Ian Murdock à la direction du projet Debian. Celui-ci travaillait alors pour Pixar, la société qui produisait ces films. Cette version était 100 % ELF, utilisait le noyau Linux 2.0 et contenait 474 paquets.

Debian 1.2 Rex (12 décembre 1996) : ce nom celui du dinosaure en plastique du film. Cette version consistait en 848 paquets et 120 développeurs.

Debian 1.3 Bo (5 juin 1997) : ce nom est tiré de « Bo Beep », la bergère. 974 paquets et 200 développeurs.

Debian 2.0 Hamm (24 juillet 1998) : nom du cochon du film. Ce fût la première version multi-achitecture de Debian, avec la gestion de l'architecture 68k de Motorola. Cette version (encadrée par Ian Jackson comme chef de projet) a marqué la transition vers la bibliothèque libc6, proposait plus de 1500 paquets et comptait 400 développeurs.

Debian 2.1 Slink (9 mars 1999) : nom tiré de celui du chien du film. Première version de Debian à supporter l'architecture Alpha et Sparc. Cette version, alors que Wickert Akkerman était chef du projet, contenait environ 2250 paquets sur deux cédéroms officiels et incluait apt, la nouvelle interface de gestion de paquets. Largement imité, apt réglait les problèmes engendrés par la croissance continuelle de Debian, et a établi un nouveau paradigme de l'obtention et de l'installation de paquets sur des systèmes d'exploitation à source ouvert.

Debian 2.2 Potato (15 août 2000) : nom tiré de celui de « M. Patate » dans les films de Toy Story. Cette version a ajouté le support des architectures PowerPC et ARM. Alors que Wichert était toujours chef du projet, cette version comportait plus de 3900 paquets binaires provenant de plus de 2600 paquets de sources maintenus par plus de 450 développeurs Debian.

Debian 3.0 Woody (19 juillet 2002) : nom du personnage principal dans les films de Toy Story : « Woody » le cowboy. D'autres architectures ont été ajoutées à cette version : IA-64, HP PA-RISC, MIPS (gros-boutiste), MIPS (petit-boutiste) et S/390. C'est aussi la première version à inclure des logiciels de chiffrement en raison des restrictions à l'exportation aux États-Unis, et également la première à inclure KDE, maintenant que les problèmes de licence de QT étaient résolus. Cette version (avec Bdale Garbee récemment élu chef du projet) contenait environ 8500 paquets binaires sur 7 cédéroms dans la version officielle.

Debian 3.1 Sarge (6 juin 2005) : nom du sergent des hommes de l'armée de plastique vert. Aucune nouvelle architecture n'a été ajoutée à cette version, bien qu'un portage AMD64 non officiel ait été publié au même moment et distribué sur le site Alioth d'hébergement de projets. Cette version comporte un nouvel installateur : debian-installer, un logiciel modulaire gérant la détection automatique de matériel ainsi que l'installation silencieuse, et qui a été traduit intégralement dans plus de trente langues. Ce fut aussi la première version incluant un suite bureautique complète : OpenOffice.org. Alors que Branden Robinson venait juste d'être élu chef du projet Debian, cette version comportait plus de 15000 paquets binaires sur 14 cédéroms dans la version officielle, préparés par plus de 1600 développeurs Debian.

Debian 4.0 Etch (8 avril 2007) : nom de l'écran magique dans le film. L'architecture AMD64 a été ajoutée et la gestion officielle du portage pour m68k a été abandonnée. Cette version utilise toujours l'installateur debian-installer avec en plus une version graphique, la vérification cryptographique des paquets téléchargés, un partitionnement plus flexible (avec gestion de partitions chiffrées), une configuration simplifiée du courrier électronique, une sélection plus flexible de l'environnement de bureau, une internationalisation simplifiée mais améliorée ainsi que de nouveaux modes, incluant un mode rescue. Le processus d'installation ne nécessite plus de redémarrage car les deux premières phases d'installation sont maintenant intégrées. Le nouvel installateur assure la prise en charge de scripts utilisant des caractères composés des langues complexes dans sa version graphique, augmentant le nombre de traductions disponibles à environ cinquante. Sam Hocevar a été élu le même jour et le projet comportait plus de 1030  développeurs Debian. Cette version comportait plus de 18000  paquets binaires sur 20 cédéroms dans la version officielle. Il existait également deux cédéroms qui offraient la possibilités d'installer le système avec un environnement de bureau différent de celui par défaut.

Debian 5.0 Lenny (14 février 2009) : nom de la paire de jumelles dans les films de Toy Story. L'architecture ARM EABI (ou armel) a été ajoutée ce qui permettait la gestion des nouveaux processeurs ARM et rendait obsolète l'ancien portage (arm). Le portage m68k n'a pas été inclus dans cette version, mais était néanmoins encore disponible dans la distribution unstable. Le portage FreeBSD n'a pas été inclus dans cette version bien que beaucoup d'effort ait été apporté pour qu'il réponde aux normes de qualification. La gestion de la plateforme Orion de Marvell, qui est utilisée dans beaucoup de périphériques de stockage, a été ajoutée dans cette version, ainsi que la gestion de plusieurs netbooks comme les Eee PC d'Asus. Lenny contenait également les outils de construction pour Emdebian qui permettaient la compilation croisée des paquets source Debian ainsi que leurs rétrécissements pour s'adapter aux systèmes embarqués ARM. Elle était également la première version à proposer des versions libres de la technologie Java de Sun, rendant ainsi possible la distribution d'applications Java dans le dépôt main.

Debian 6.0 Squeeze (février 2011) : nom de l'extraterrestre vert aux trois yeux dans le film.

Cette version a été gelée le 6 août 2010 au cours de la dixième Debconf qui s'est tenue à New York City en présence de nombreux développeurs Debian.

Alors que deux architectures (alpha et hppa) ont été supprimées, deux nouvelles architectures du nouveau portage FreeBSD (kfreebsd-i386 et kfreebsd-amd64) ont été mises à disposition en tant que « technologie en avant-première » proposant le nouveau noyau ainsi que les outils du noyau et ceux du « userland » et également les logiciels communs pour les serveurs mais pas encore les fonctionnalités avancées pour les machines de bureau. C'est la première fois qu'une distribution Linux a été étendue pour permettre l'utilisation d'un noyau non-linux.

La nouvelle version introduit une séquence de démarrage basée sur les dépendances, ce qui permet la parallélisation de l'exécution des scripts d'initialisation et accélère le démarrage du système.

Debian 7.0 Wheezy (mai 2013) : nom du manchot en caoutchouc avec un nœud papillon rouge.

Debian 8.0 Jessie (pas encore de date de publication) : nom de la poupée vachère qui apparut la première fois dans Toy Story 2.


[ précédent ] [ Table des matières ] [ 1 ] [ 2 ] [ 3 ] [ 4 ] [ A ] [ suivant ]


Bref historique de Debian

2.19 (dernière révision le 4 mai 2013)

Projet de documentation Debian debian-doc@lists.debian.org