3.5. Partitionnement préalable d'une machine multisystème

Partitionner votre disque dur est simplement le fait de le diviser en plusieurs sections. Chaque section est alors indépendante des autres. C'est en gros équivalent à ajouter des cloisons dans une maison : ajouter des meubles dans une pièce n'affecte pas les autres pièces.

Si vous avez déjà un système d'exploitation sur votre machine et si vous désirez placer Linux sur le même disque, vous devrez repartitionner ce disque. Debian a besoin de partitions spécifiques. Il ne peut pas être installé sur des partitions Windows ou MacOS. Il peut partager des partitions avec d'autres systèmes Linux, mais ce point n'est pas abordé ici. Vous devez attribuer au moins une partition à la racine du système Debian.

Vous pouvez trouver des informations sur le partitionnement actuel en utilisant un outil approprié pour votre système d'exploitation, tel que Drive Setup, HD Toolkit ou MacTools. Les outils de partitionnement permettent toujours de montrer l'état actuel sans rien modifier.

Modifier une partition contenant déjà un système de fichiers détruit ces fichiers. Vous devriez donc toujours faire des sauvegardes avant tout partitionnement. En continuant l'analogie avec la maison, avant d'abattre une cloison, vous déplaceriez certainement les meubles afin de ne pas les endommager.

Si votre ordinateur possède plusieurs disques, vous pouvez en affecter un à Debian. Ainsi, vous n'aurez pas besoin de partitionner le disque avant de commencer l'installation : le partitionneur inclus dans l'installateur le fera très bien.

Si votre ordinateur ne possède qu'un seul disque, et si vous désirez remplacer complètement le système d'exploitation actuel par Debian GNU/Linux, vous pouvez aussi attendre d'être dans le processus d'installation pour partitionner le disque (voyez la Section 6.3.2.1, « Partitionner les disques »). Cependant, cela ne fonctionnera que si vous commencez l'installation à partir d'une bande, d'un cédérom ou de fichiers sur une machine connectée. En effet, si vous démarrez à partir de fichiers sur le disque dur, puis partitionnez ce disque dur pendant l'installation, vous effacerez les fichiers de démarrage : il vaut mieux alors que l'installation se déroule sans accroc ! Si vous voulez vraiment procéder ainsi, vous devez vous assurer qu'il existe un moyen de restaurer la machine en cas de problème, par exemple avec les bandes ou les cédéroms d'installation du système actuel.

Si votre machine possède déjà plusieurs partitions, et si suffisamment de place peut être obtenue en effaçant ou remplaçant une ou plusieurs de ces partitions, alors vous pouvez aussi attendre et utiliser le programme de partitionnement de l'installateur Debian. Vous devriez néanmoins continuer de lire les paragraphes suivants, car il existe certains cas qui obligent à partitionner avant de démarrer l'installation.

Dans tous les autres cas, vous aurez besoin de partitionner votre disque dur avant de démarrer l'installation afin de créer de l'espace disponible sur lequel les partitions pour Debian GNU/Linux seront créées. Si certaines de ces partitions sont attribuées à un autre système d'exploitation, il vaut mieux utiliser le programme de partitionnement de ce système d'exploitation. Dans ce cas, nous vous recommandons de ne pas essayer de créer des partitions Linux Debian avec ces outils. Il faut seulement créer les partitions dédiées à l'autre système d'exploitation.

Si vous installez plusieurs systèmes d'exploitation sur la même machine, vous devriez commencer par les autres systèmes avant d'installer Linux. Windows ainsi que d'autres installateurs de système d'exploitation peuvent vous empêcher de démarrer Linux, ou vous encourager à reformater les partitions non reconnues.

Vous pouvez annuler ces actions ou les éviter, mais installer en premier le système natif vous épargnera des problèmes.

Pour qu'OpenFirmware puisse démarrer automatiquement Debian GNU/Linux, les partitions Linux doivent apparaître avant toute autre partition sur le disque, en particulier avant les partitions d'amorçage de MacOS. Il faut absolument garder ceci à l'esprit lorsque l'on partitionne le disque ; vous devez créer une place pour les partitions Linux avant les autres partitions amorçables du disque (les petites partitions dédiées aux contrôleurs de disques Apple ne sont pas amorçables). Vous pourrez supprimer cet espace libre avec les outils de partitionnement Linux durant la phase d'installation, et le remplacer par des partitions Linux.

Si vous avez actuellement un seul disque dur avec une seule partition (situation courante pour les ordinateurs de bureau), et si vous voulez pouvoir démarrer Debian ainsi que d'autres systèmes d'exploitation, vous aurez besoin de :

  1. sauvegarder tout ce qui se trouve sur l'ordinateur ;

  2. démarrer depuis le support d'installation (du système d'exploitation actuellement installé), par exemple un cédérom ou des bandes ; Si vous démarrez depuis un cédérom MacOS, maintenez la touche c appuyée pendant le démarrage pour forcer le cédérom à devenir le système actif pour MacOS) ;

  3. utiliser les outils de partitionnement natifs pour créer soit de nouvelles partitions, soit de l'espace libre pour Debian GNU/Linux ;

  4. installer le système d'exploitation natif sur sa nouvelle partition ;

  5. démarrer ce système pour vérifier que tout fonctionne, et pour télécharger les fichiers de démarrage pour l'installateur Debian ;

  6. démarrer l'installateur Debian pour commencer à installer Debian.

3.5.1. Partitionnement sous MacOS/OSX

L'application Apple Drive Setup se trouve dans le dossier Utilities sur le cédérom MacOS.Il ne permet pas d'ajuster des partitions existantes ; il se contente de créer une partition unique occupant tout le disque, L'application Drive Setup ne montre pas les partitions dédiées aux contrôleurs de disques Apple.

N'oubliez pas de créer la place pour les partitions GNU/Linux, de préférence au début du disque. Le type de cette partition importe peu  la partition sera modifiée plus tard par l'installateur Debian.

Si vous prévoyez d'installer MacOS 9 et OS X, il vaut mieux créer des partitions distinctes pour les deux systèmes. S'ils sont installés sur la même partition, Startup Disk (et redémarrer) doit être exécuté pour choisir entre les deux, ce choix ne peut être fait lors du démarrage. Avec des partitions distinctes, des options différentes pour OS 9 et OS X apparaitront en appuyant sur la touche option pendant le démarrage, et des options différentes peuvent aussi être installées dans le menu de démarrage yaboot. Aussi, Startup Disk va « désacraliser»  (de-bless) toutes les autres partitions montées, ce qui peut perturber le démarrage de GNU/Linux. Les partitions d'OS 9 et OS X seront accessibles indifféremment depuis OS 9 et OS X.

GNU/Linux est incapable d'aller chercher les informations sur des partitions NFS+ (aussi appelées MacOS étendues) ou UFS. OS X a besoin d'un de ces types pour sa partition de démarrage. MacOS 9 peut être installé soit sur HFS (aussi appelé MacOS standard), soit sur HFS+. Pour partager des informations entre les systèmes MacOS et GNU/Linux, une partition d'échange est très pratique. Les partitions HFS et MS-DOS FAT sont reconnues par les deux systèmes.