3.6. Configuration matérielle et système avant l'installation

Cette section passe en revue les réglages matériels que vous devrez peut-être effectuer avant d'installer Debian. En général, cela implique de vérifier, et parfois de modifier, les réglages du microprogramme système (BIOS, etc.) sur votre machine. Le « BIOS » ou « microprogramme système » est le logiciel de base utilisé par le matériel ; il est plus spécifiquement exécuté pendant le processus d'amorçage (après la mise sous tension).

3.6.1. Exécuter l'OpenFirmware

Il n'y a normalement pas besoin de configurer le BIOS (appelé OpenFirmware) sur les systèmes PowerPC . PReP et CHRP sont équipés de l'OpenFirmware, mais, malheureusement, les méthodes utilisées pour l'invoquer varient d'un constructeur à l'autre. Vous devrez consulter la documentation du matériel livrée avec votre machine.

Pour invoquer l'OpenFirmware sur les Macintosh PowerPC , appuyez sur Command (cloverleaf/Apple)+Option+o+f pendant l'amorçage. Généralement, cette combinaison de touches est testée après le carillon, mais le moment exact du test varie selon les modèles. Consultez http://www.netbsd.org/Ports/macppc/faq.html pour obtenir d'autres conseils.

L'invite de l'OpenFirmware ressemble à ceci :

ok
0 >

Notez que sur les anciens modèles de Mac PowerPC , les entrées-sorties pour l'interaction avec l'OpenFirmware se font par défaut à travers un port série (modem). Si vous appelez l'OpenFirmware depuis une de ces machines, vous n'aurez droit qu'à un écran noir. Dans ce cas, un programme lancé sur une autre machine et se connectant sur le port modem est nécessaire pour interagir avec l'OpenFirmware.

Sur les machines OldWorld Beige G3, les OpenFirmware versions 2.0f1 et 2.4 sont boguées. Ces machines ne seront certainement pas capables d'amorcer depuis le disque dur à moins que le microprogramme ne soit corrigé. Une rustine pour le microprogramme est incluse dans l'utilitaire System Disk 2.3.1, disponible chez Apple à ftp://ftp.apple.com/developer/macosxserver/utilities/SystemDisk2.3.1.smi.bin. Après avoir extrait l'utilitaire sur MacOS, et l'avoir lancé, choisissez le bouton Save pour installer les routines pour le microprogramme dans la nvram.

3.6.2. Comment mettre à jour le microcode d'un système ppc64el

Ce qui suit est un extrait de IBM PowerKVM sur IBM POWER8.

Open Abstraction Layer (OPAL) est le microcode du système dans la pile du serveur basé sur les processeurs POWER.

Il peut y avoir des cas où l'utilisateur devrait mettre à niveau le microcode Power Systems pour obtenir de nouvelles fonctionnalités ou davantage de prise en charge de périphériques.

Assurez-vous que les conditions suivantes sont réunies :

  • un système d'exploitation fonctionne sur le système ;

  • le fichier .img du niveau OPAL vers lequel l'utilisateur veut mettre à niveau est disponible ;

  • la machine n'est pas contrôlée par HMC.

Les machines Power Systems ont deux parties de mémoire depuis lesquelles charger le microcode, une permanente et une temporaire. Cela permet de tester les mises à jour du microcode dans la mémoire temporaire avant d'envoyer les modifications testées dans la mémoire permanente et, grâce à cela, utiliser ces mises à jour.

Pour la mise à jour, voici les étapes à effectuer :

  1. Sauvegardez la version actuelle avant de faire la mise à jour. Dans le menu system de ASM, cliquez sur Service Aids ??? Service Processor Command Line et lancez la commande suivante :

    cupdcmd -f
    

  2. Téléchargez le fichier .img de la version du microcode vers laquelle migrer sur le système de fichiers hôte. Veuillez vous référer au Fix Central d'IBM pour télécharger le fichier image.

    Vérifiez l'image chargée en lançant la commande suivante et en enregistrant la sortie :

    $update_flash -v -f <nom_de_fichier.img>
    

  3. Mettez à jour le microcode en exécutant la commande suivante :

    $update_flash -f <nom_de_fichier.img>
    

    [Note] Note

    • Cette commande redémarre le système et, par conséquent, les sessions seront perdues.

    • Ne redémarrez ni n'éteignez le système tant qu'il n'est pas réamorcé.

  4. Vérifiez la version du microcode dans la mémoire temporaire de la mémoire, comme à la première étape.

  5. Dans le cas où la mise à jour doit être annulée, cela peut être fait en exécutant

        $update_flash -r
    

    Cela n'affectera que la mémoire temporaire. Par conséquent, la nouvelle version ne devrait être envoyée dans la mémoire permanente qu'après avoir suffisamment testé le nouveau microcode.

    La nouvelle version peut être envoyée dans la mémoire permanente en exécutant la commande suivante :

    $update_flash -c
    

3.6.3. Mise à jour du microcode invité de KVM (SLOF)

Slimline Open Firmware (SLOF) est une implémentation du standard IEEE 1275. Il peut être utilisé comme microcode de partition pour les machines pSeries s'exécutant dans QEMU ou KVM.

Le paquet qemu-slof est en fait une dépendance du paquet qemu-system-ppc (qui fournit aussi le paquet virtuel qemu-system-ppc64) et peut être installé ou mis à jour avec apt-get sur les distributions basées sur Debian :

# apt-get install qemu-slof

SLOF peut aussi être installé sur les distributions basées sur rpm. De plus, le code source amont est disponible à l'adresse http://github.com/leilihh/SLOF.

Il est possible d'utiliser un fichier SLOF différent de celui par défaut en ajoutant l'argument -bios <fichier_slof> à la commande qemu-system au démarrage de QEMU.

3.6.4. Problèmes matériels à surveiller

Problèmes d'affichage sur OldWorld Powermacs. Certaines machines OldWorld Powermacs, particulièrement celles qui ont le pilote d'affichage « control », peuvent ne pas produire un système de couleurs fiable pour un affichage avec plus de 256 couleurs sous Linux. Si vous rencontrez des problèmes après le redémarrage (parfois vous voyez quelque chose, parfois rien) ou bien si l'écran devient noir après le lancement de l'installateur au lieu de montrer l'interface utilisateur, essayez de régler l'affichage sous MacOS à 256 couleurs au lieu des « milliers » ou « millions » de couleurs disponibles.