C.5. Programmes de partitionnement

De nombreux utilitaires de partitionnement ont été adaptés par les développeurs Debian pour fonctionner sur différents types de disques et d'architectures matérielles. Voici les programmes qui sont disponibles sur votre architecture :

partman

C'est le partitionneur que recommande Debian. Ce « couteau suisse » sait aussi redimensionner des partitions et monter des systèmes de fichiers sur des points de montage.

cfdisk

C'est un partitionneur simple à utiliser, fonctionnant en mode plein écran... pour nous autres.

Remarquez que cfdisk ne reconnaît pas du tout les partitions FreeBSD et que les noms des périphériques peuvent être différents.

L'un de ces programmes sera lancé par défaut quand vous sélectionnerez : Partitionner un disque dur. Il est possible d'utiliser un autre partitionneur sur la console VT2 mais cela n'est pas recommandé.

C.5.1. Partitionnement pour IA-64

Partman est l'outil de partitionnement par défaut de l'installateur. Il permet de créer les partitions et de positionner les points de montage pour s'assurer que les disques et les systèmes de fichiers seront correctement configurés lors de l'installation. Il utilise le programme parted pour créer les partitions du disque.

Formats reconnu par EFI

Le microprogramme (firmware) EFI pour IA-64 accepte deux formats de table de partitions (ou d'étiquette disque), GPT et MS-DOS. MS-DOS est le format classique des PC i386, et n'est pas recommandé pour les systèmes IA-64. Bien que l'installateur fournisse aussi l'utilitaire cfdisk, vous devez utiliser uniquement parted, parce qu'il est le seul capable de gérer correctement à la fois les tables GPT et MS-DOS.

Les règles de partitionnement automatique de partman attribuent la première partition du disque à EFI. Vous pouvez également installer la partition depuis le menu principal sous Partitionnement assisté de la même manière que vous avez installé la partition d'échange (swap).

Partman est capable de gérer la plupart des disques. Pour les rares cas où il est nécessaire d'installer manuellement un disque, vous pouvez exécuter l'utilitaire parted directement en utilisant son interface en ligne de commande. En supposant que vous désiriez effacer tout votre disque, et créer une table GPT et des partitions, les commandes suivantes peuvent être utilisées :

      mklabel gpt
      mkpartfs primary fat 0 50
      mkpartfs primary linux-swap 51 1000
      mkpartfs primary ext2 1001 3000
      set 1 boot on
      print
      quit

Ces commandes créent une nouvelle table de partitions, et trois partitions, utilisées en tant que partition d'amorçage EFI, partition d'échange, et système de fichiers racine. Enfin, on positionne le drapeau de boot sur la partition EFI. Les partitions sont spécifiées en Mo, avec les décalages de début et de fin à partir du début du disque. Ainsi, par exemple, nous avons créé ci-dessus un système de fichier ext2 de 1999 Mo, démarrant à 1001 Mo du début du disque. Notez que le formatage de l'espace d'échange avec parted peut prendre plusieurs minutes, car il cherche à détecter les blocs défectueux de la partition.

C.5.2. Partition nécessaire pour le programme d'amorçage

ELILO, le programme d'amorçage pour IA-64, nécessite une partition contenant un système FAT avec le drapeau boot positionné. La partition doit être assez grande pour contenir le programme d'amorçage et tous les noyaux et les images des disques virtuels que vous voudrez utiliser pour démarrer. Une taille minimale serait de 20 Mo, mais si vous souhaitez avoir différents noyaux, 128 Mo est sûrement plus adapté.

le programme d'amorçage EFI et le shell EFI gèrent tous deux les tables GPT, donc la partition de démarrage ne doit pas nécessairement être la première partition ni même être sur le même disque. C'est pratique si vous avez oublié d'allouer une partition et que vous vous en aperceviez seulement après avoir formaté les autres partitions de vos disques. L'utilitaire partman vérifie la partition EFI en même temps qu'il vérifie que l'installation de la partition racine (root) s'est correctement passée. Cela vous donne une occasion de corriger la disposition du disque avant que l'installation des paquets commence. La manière la plus facile de corriger cette omission est de rétrécir la dernière partition du disque afin d'obtenir suffisamment d'espace libre et de pouvoir rajouter une partition EFI.

Il est fortement recommandé que votre partition d'amorçage EFI soit sur le même disque que la racine de votre sytème de fichiers.

C.5.3. Partitions de diagnostic EFI

Le microprogramme EFI est sensiblement plus sophistiqué que le BIOS habituel qu'on trouve sur les PC x86. Quelques fournisseurs de système tirent profit des capacités du microprogramme EFI à accéder aux fichiers et à exécuter des programmes depuis un système de fichiers pour stocker sur le disque des utilitaires de diagnostics et d'administration système basés sur EFI. Ils sont sur une partition séparée de type FAT sur le disque système. Reportez-vous à la documentation et aux accessoires fournis avec votre système pour plus de détails. Le moment le plus approprié pour installer une partition de diagnostic est au moment de l'installation de la partition de démarrage EFI.