[ précédent ] [ Table des matières ] [ 1 ] [ 2 ] [ 3 ] [ 4 ] [ 5 ] [ 6 ] [ 7 ] [ 8 ] [ 9 ] [ 10 ] [ 11 ] [ 12 ] [ suivant ]

Installer Debian Linux 3.0 sur Intel x86
Chapitre 2 - Configuration nécessaire


Cette section contient des informations sur le matériel dont vous avez besoin pour démarrer sur Debian. Vous trouverez aussi des liens vers des informations supplémentaires concernant le matériel supporté par GNU et Linux.


2.1 Matériel supporté

En ce qui concerne le matériel, Debian n'a pas plus d'exigences que le noyau Linux et les outils GNU. Par conséquent, toute architecture ou plate-forme, sur lesquelles le noyau Linux, la libc, gcc, etc. ont été portés, et pour lesquelles un portage de Debian existe, peuvent faire fonctionner Debian. Reportez-vous aux pages sur les portages http://www.debian.org/ports/i386/ pour plus de détails concernant les systèmes d'architecture i386 qui ont été testés avec Debian.

Plutôt que d'essayer de décrire les différentes configurations matérielles supportées par Intel x86, cette section contient des informations générales et des pointeurs vers des informations supplémentaires.


2.1.1 Architectures supportées

Debian 3.0 fonctionne sur neuf architectures principales et de nombreuses variations de celles-ci, appelées « saveurs ».

     Architecture         | Étiquette Debian / Saveur
     ---------------------+----------------------------
     Intel x86 & co.      | i386
                          |   - vanilla
                          |   - idepci
                          |   - compact
                          |   - bf2.4 (expérimental)
                          | 
     Motorola 680x0 :     | m68k
       - Atari            |   - atari
       - Amiga            |   - amiga
       - 68k Macintosh    |   - mac
       - VME              |   - bvme6000
                          |   - mvme147
                          |   - mvme16x
                          | 
     DEC Alpha            | alpha
                          |   - generic
                          |   - jensen
                          |   - nautilus
                          | 
     Sun SPARC            | sparc
                          |   - sparc32
                          |   - sparc64
                          |   
     ARM et StrongARM     | arm
                          |   - netwinder
                          |   - riscpc
                          |   - shark
                          |   - lart
                          | 
     IBM/Motorola PowerPC | powerpc
       - CHRP             |   - chrp
       - PowerMac         |   - powermac, new-powermac
       - PReP             |   - prep
       - APUS             |   - apus
                          | 
     HP PA-RISC           | hppa
       - PA-RISC 1.1      |   - 32
       - PA-RISC 2.0      |   - 64
                          |
     Intel ia64-based     | ia64
                          |
     MIPS (grand-boutien) | mips
       - SGI Indy/I2      |  - r4k-ip22
                          | 
     MIPS (petit-boutien) | mipsel
       - DEC Decstation   |  - r4k-kn04
                          |  - r3k-kn02
                          | 
     IBM S/390            | s390
                          |  - tape
                          |  - vmrdr 
                          |
     ---------------------+----------------------------

Ce document décrit l'installation pour l'architecture i386. Des versions pour les autres architectures disponibles existent sur les pages Debian-Ports.


2.1.2 Support pour les microprocesseurs, cartes mères et cartes vidéos

Vous pouvez trouver une information complète concernant les périphériques supportés dans le HOWTO de compatibilité matérielle Linux. Cette section ne fait que souligner les éléments de base.


2.1.2.1 Microprocesseur

Quasiment tous les processeurs de la famille x86 sont supportés ; cela veut dire également les processeurs AMD et Cyrix. Les nouveaux processeurs tels que Athlon, K6-2 et K6-3 sont également supportés. Cependant, Linux ne fonctionnera pas sur les processeurs 286 ou antérieurs.


2.1.2.2 Bus entrée-sortie

Le bus système est la partie de la carte mère permettant au CPU de communiquer avec les périphériques tels que les périphériques de stockage. Votre ordinateur doit utiliser l'un des bus ISA, EISA, PCI, l'architecture Microchannel (MCA, utilisée sur la gamme des PS/2 d'IBM) ou VESA Local Bus (VLB, parfois appelé bus VL).


2.1.2.3 Cartes graphiques

Vous devriez utiliser une interface graphique compatible VGA pour le terminal de console. Pratiquement toutes les cartes graphiques modernes sont compatibles VGA. Les anciens standards comme CGA, MDA ou HGA devraient également fonctionner, pour autant que vous ne vouliez pas utiliser X11. Il faut remarquer que X11 n'est pas utilisé durant le processus d'installation décrit dans ce document.

Le support qu'offre Debian pour les interfaces graphiques dépend du support offert par le système X11 de XFree86 sous-jacent. Le nouvel emplacement vidéo AGP est en fait une modification de l'emplacement PCI, et la plupart des cartes AGP fonctionnent sous XFree86. Des détails sur les bus graphiques supportés, les cartes, les moniteurs et les souris sont disponibles sur http://www.xfree86.org/. Debian 3.0 est fourni avec la version 4.1.0 de X11.


2.1.2.4 Portables

Les ordinateurs portables sont aussi supportés. Les portables sont souvent spécialisés ou contiennent du matériel propriétaire. Pour voir si votre portable en particulier fonctionne bien avec GNU/Linux, voyez les pages sur les portables sous Linux.


2.1.3 Processeurs multiples

Le support multi-processeurs — qu'on appelle aussi « multi-processeurs symétriques » (« symmetric multi-processing » ou SMP, NdT) — est supporté pour cette architecture. Cependant, l'image standard du noyau Debian 3.0 ne supporte pas SMP. Ceci peut être gênant, mais ne devrait pas empêcher l'installation, puisque le noyau standard, non SMP, devrait démarrer sur les systèmes SMP (le noyau n'utilisera que le premier CPU).

Afin de tirer profit de plusieurs processeurs, vous devrez remplacer le noyau Debian standard. Vous trouverez une discussion sur la façon de faire dans : Compiler un nouveau noyau, Section 9.6. Aujourd'hui (version 2.2.22 du noyau) la façon d'activer SMP est de choisir « symmetric multi-processing » dans la section « General » quand on configure le noyau.


2.2 Médium d'installation

Dans beaucoup de cas, vous devrez effectuer votre premier amorçage depuis un lecteur de disquettes, en utilisant la disquette de secours (« rescue floppy »). En général ce dont vous avez besoin est une disquette haute densité (1440 kilo-octets) de 3,5 pouces.

Des disquettes d'installation 5,25 pouces, double densité (1200 Ko) sont aussi fournies.

L'installation à partir d'un cédérom est aussi supportée pour certaines architectures. Sur les ordinateurs qui supportent de démarrer sur cédérom (cédérom amorçable), vous devriez pouvoir faire une installation entièrement sans disquettes. Même si votre système ne peut pas démarrer à partir d'un cédérom, vous pouvez utiliser le cédérom en même temps que les autres techniques pour installer votre système, une fois que vous avez démarré par d'autres moyens ; voyez : Amorcer depuis un cédérom, Section 5.2.

Les cédéroms de type SCSI et IDE/ATAPI sont supportés. De plus, toutes les interfaces de cédéroms non standard supportées par Linux sont supportées par les disquettes de démarrage (comme les lecteurs Mitsumi et Matsushita). Cependant, ces modèles peuvent demander des paramètres de démarrage spéciaux ou d'autres méthodes pour les faire fonctionner et démarrer à partir de ces interfaces non standard risque de ne pas être possible. Le HOWTO Linux CD-ROM contient des informations détaillées sur l'utilisation de cédéroms avec Linux.

L'installation à partir d'un disque local est une autre option pour beaucoup d'architectures. Vous pouvez aussi démarrer votre système sur le réseau. L'installation sans disque, en utilisant le démarrage par réseau et le montage par NFS de tous les systèmes de fichiers locaux, est une autre option — vous aurez probablement besoin, pour cela de 16 Mo de mémoire.

Après l'installation de votre système de base, vous pouvez installer le reste de votre système grâce à toute connexion réseau (y compris PPP), via FTP, HTTP ou NFS.


2.2.1 Systèmes de stockage supportés

Les disquettes de démarrage Debian contiennent un noyau construit pour permettre de faire tourner un maximum de systèmes. Malheureusement, ceci en fait un noyau plus grand, avec beaucoup de pilotes qui ne seront jamais utilisés (voyez : Compiler un nouveau noyau, Section 9.6 pour apprendre à construire le vôtre). Cependant, le support du plus grand nombre de périphériques possible est voulu afin de s'assurer que l'on puisse installer Debian sur le plus de matériel possible.

En général, le système d'installation Debian contient le support des disquettes, des disques IDE, des disquettes IDE, des périphériques IDE sur le port parallèle, des contrôleurs et disques SCSI. Les systèmes de fichiers supportés comprennent MINIX, FAT, les extensions FAT Win-32 (VFAT), parmi d'autres (notez que NTFS n'est pas supporté ; vous pouvez l'ajouter plus tard, voyez : Compiler un nouveau noyau, Section 9.6).

Les interfaces disques qui émulent l'interface du disque dur « AT », qu'on appelle souvent MFM, RLL, IDE ou ATA sont supportées. Les très vieux contrôleurs de disques 8 bits utilisés dans l'ordinateur IBM XT ne sont supportés qu'en module. Les contrôleurs de disques SCSI provenant de beaucoup de constructeurs différents sont supportés. Voyez le HOWTO de compatibilité matérielle Linux pour plus de détails.

Les disques SCSI sur IDE et certains contrôleurs SCSI ne sont pas supportés, parmi lesquels :


2.3 Besoins en espaces mémoire et disque

Vous devez posséder au moins 12 Mo de mémoire vive et 110 Mo d'espace disque. Pour un système minimal en mode console (tous les paquets standard), 250 Mo seront nécessaires. Si vous voulez installer un nombre raisonnable de logiciels, y compris le système X Window, des programmes et bibliothèques de développement, il vous faudra au moins 400 Mo. Pour une installation plus ou moins complète, vous aurez besoin d'environ 800 Mo. Pour installer tout ce qui est disponible sous Debian, vous aurez probablement besoin d'environ 2 Go. En fait, tout installer n'a même pas de sens, puisque certains paquets entrent en conflit avec d'autres.


2.4 Matériel de connexion réseau

Certaines cartes d'interface réseau (NICs, Network Interface Cards) ne sont pas supportées par les disquettes d'installation Debian (bien qu'un noyau Linux personnalisé peut les utiliser), comme les cartes et protocoles AX.25, les 3Com EtherLink Plus (3c505) et EtherLink16 (3c507), les cartes NI5210, les cartes génériques NE2100, les cartes NI6510 et NI6510 EtherBlaster, les cartes SEEQ 8005, les cartes Schneider & Koch G16, Ansel Communications EISA 3200, les cartes Winbond-840 (par exemple, Realtek-100A), certaines cartes Tulip récentes et la carte réseau intégrée Zenith Z-Note. Ces cartes sont supportées par la saveur « bf2.4 » : les cartes Winbond-840, les nouvelles cartes Tulip, les séries National Semiconductor DP8381X/DP8382x et la Sundance ST201 « Alta ». Les cartes réseaux Microchannel (MCA) ne sont pas supportées par le système d'installation standard, mais vous pouvez récupérer des images disque officieuses pour Linux sur MCA et consulter les archives de discussions pour Linux sur MCA. Les réseaux FDDI ne sont pas supportées par les disquettes d'installation, à la fois cartes et protocoles. Vous pouvez créer un noyau personnalisé qui supporte une carte autrement non supportée et ensuite le substituer dans le système d'installation (voyez : Remplacer le noyau de la disquette de secours, Section 10.3).

Pour ce qui est du RNIS, le protocole sur canal D pour l'1TR6 allemand n'est pas supporté ; les cartes Spellcaster BRI ISDN ne sont pas supportées non plus par les disquettes de démarrage.

Les périphériques audio ne sont pas supportés non plus par défaut. Mais ainsi qu'il est dit plus haut : si vous voulez utiliser votre propre noyau, reportez-vous à : Compiler un nouveau noyau, Section 9.6 pour plus d'infos.


2.5 Périphériques et autres matériels

Linux supporte une large gamme de périphériques comme les souris, les imprimantes, les scanners, les modems, les cartes réseaux, les périphériques PCMCIA et USB, etc. Cependant aucun de ces périphériques n'est requis lors de l'installation du système. Les claviers USB peuvent nécessiter une configuration supplémentaire (voir Claviers USB, Section 3.8.3.4). Cette partie contient des informations à propos des périphériques spécifiquement non supportés par le système d'installation, même s'ils sont supportés par Linux. Encore une fois, reportez-vous au : HOWTO de compatibilité matérielle Linux pour déterminer si votre matériel spécifique est supporté par Linux.

Le matériel USB est supporté par la saveur « bf2.4 ». Si vous vous rendez compte que vous ne pouvez pas utiliser certains périphériques USB, vous pourriez utiliser un noyau 2.4.x ou postérieur.

Notez que les noyaux par défaut ne supportent pas les ports série de numéro supérieur à 4 (/dev/ttyS3). Vous devrez donc soit utiliser les ports disponibles, soit construire votre propre noyau (voir : Remplacer le noyau de la disquette de secours, Section 10.3).


2.6 Acheter du matériel spécialement pour GNU/Linux

Il y a plusieurs vendeurs, actuellement, qui livrent des systèmes en préinstallant Debian ou d'autres distributions de GNU/Linux. Vous paierez peut-être plus cher pour avoir ce privilège, mais ça vous évitera des surprises, puisque vous serez certain que le matériel est bien supporté par GNU/Linux. Si vous devez acheter un ordinateur fourni avec Windows, lisez attentivement la licence logicielle accompagnant Windows ; vous pourrez peut-être rejeter la licence et obtenir un rabais de votre vendeur. Voyez http://www.linuxmall.com/refund/ pour des détails complets.

Que vous achetiez ou non un système livré avec Linux, ou même un système d'occasion, il est important que vous vérifiiez que votre matériel est supporté par le noyau Linux. Vérifiez si votre matériel est listé dans les références ci-dessus. Indiquez à votre revendeur (s'il y en a un) que vous recherchez un système Linux. Soutenez les revendeurs de matériel amis avec Linux.


2.6.1 Éviter les matériels propriétaires ou fermés

Certains constructeurs refusent simplement de fournir les informations qui permettraient d'écrire des pilotes pour leurs matériels. D'autres ne nous autorisent pas l'accès à la documentation sans accord de confidentialité, ce qui nous empêche de distribuer le code source pour Linux. Le système sonore DSP pour portable d'IBM utilisé dans les systèmes Thinkpad récents est un exemple : certains de ces systèmes couplent aussi le son et le modem. Un autre exemple est le matériel propriétaire dans les anciennes gammes Macintosh.

Puisque nous n'avons pas été autorisés à accéder à la documentation sur ces périphériques, ils ne fonctionneront simplement pas sous Linux. Vous pouvez nous aider en demandant à ces constructeurs de distribuer la documentation sur de tels matériels. Si suffisamment de personnes font cette demande, ils réaliseront que la communauté du logiciel libre est un marché important.


2.6.2 Matériels spécifiques à Windows

La prolifération de modems et d'imprimante spécifiques à Windows est une fâcheuse tendance. Ces périphériques sont spécialement conçus pour être directement gérés par le système d'exploitation Windows de Microsoft et portent le terme WinModem ou fabriqué spécifiquement pour les ordinateurs utilisant Windows. Ceci est généralement obtenu en enlevant les processeurs internes aux périphériques et en confiant le travail qu'ils accomplissaient à un pilote Windows qui tourne en utilisant le processeur de votre ordinateur. Cette stratégie permet la fabrication d'un matériel à moindre coût mais les utilisateurs ne bénéficient pas souvent de ces économies et ces matériels peuvent être parfois plus chers que des périphériques équivalents qui gardent leur « intelligence » interne.

Vous devriez éviter les périphériques spécifiques à Windows pour deux raisons. La première est que les constructeurs ne rendent généralement pas public les moyens nécessaires pour écrire un pilote Linux. En général, le matériel et l'interface logicielle du périphérique sont propriétaires et la documentation, quand elle existe, n'est pas disponible sans un accord de confidentialité. Ceci empêche toute utilisation dans un logiciel libre, puisque les auteurs de logiciel libre communiquent le code source de leurs programmes. La seconde raison est que lorsqu'on retire de ces périphériques leurs processeurs internes, le système d'exploitation doit accomplir le travail de ces processeurs internes, souvent dans une priorité temps réel ; ainsi le processeur n'est plus disponible pour faire tourner vos programmes pendant qu'il gère ces périphériques. Puisque l'utilisateur moyen de Windows n'utilise pas aussi intensivement que celui de Linux le multitâche, les constructeurs espèrent que l'utilisateur de Windows ne remarquera pas la charge que fait porter ce matériel sur leurs processeurs. Mais de toute façon, tout système d'exploitation multitâche, même Windows 95 ou NT, est affaibli lorsque les constructeurs de périphériques lésinent sur la puissance de calcul interne de leurs matériels.

Vous pouvez changer cette situation en encourageant ces constructeurs à publier les documentations et tout autre moyen nécessaire à la programmation de leurs matériels. Mais la meilleure stratégie est simplement d'éviter ce genre de matériels avant qu'ils ne soient répertoriés comme fonctionnant dans le HOWTO de compatibilité matérielle Linux.


2.6.3 Fausse mémoire ou « mémoire virtuelle » à parité

Si vous demandez de la mémoire à parité dans un magasin d'informatique, vous aurez probablement des barrettes SIMM à parité virtuelle à la place de celles à parité réelle. Les barrettes SIMM à parité virtuelle peuvent souvent (mais pas toujours) être distinguées car elles n'ont seulement qu'un composant de plus qu'une barrette SIMM normale équivalente et ce composant supplémentaire est plus petit que les autres. Les barrettes SIMM à parité virtuelle fonctionnent exactement comme de la mémoire normale. Elles ne peuvent pas vous avertir lorsque vous avez une erreur sur un simple bit comme le font les barrettes SIMM à parité réelle dans des cartes mères qui implémentent la parité. Ne payez jamais plus pour une barrette SIMM à parité virtuelle que pour une barrette normale. Attendez-vous à payer un petit peu plus cher pour des barrettes à parité réelle, car vous achetez vraiment un bit supplémentaire de mémoire pour chaque 8 bits.

Si vous voulez des informations complètes sur les problèmes liés à la mémoire Intel x86, et ce qu'est la meilleure mémoire à acheter, voyez la FAQ sur le matériel PC.


[ précédent ] [ Table des matières ] [ 1 ] [ 2 ] [ 3 ] [ 4 ] [ 5 ] [ 6 ] [ 7 ] [ 8 ] [ 9 ] [ 10 ] [ 11 ] [ 12 ] [ suivant ]

Installer Debian Linux 3.0 sur Intel x86

version 3.0.24, 18 December 2002

Bruce Perens
Sven Rudolph
Igor Grobman
James Treacy
Adam Di Carlo