Nouvelles hebdomadaires Debian - 4 janvier 2000

Nous avons le plaisir de vous présenter la première DWN de l'année, la lettre d'information hebdomadaire de la communauté Debian.

Tout le monde est probablement lassé par le bogue de l'an 2000, mais une conclusion finale s'impose. Debian y a survécu sans problème majeur. De nombreux bogues liés au passage l'an 2000 ont été trouvés dans certains paquets, parmi lesquels ntpdate, sendfile, webalizer, birthday, cbb, pilot-manager, slrn, xinetd, http-analyze et hyperlatex. Ces bogues ont été rapidement corrigés, et étaient généralement sans gravité.

La liste d'attente fermée pour les nouveaux responsables est revenue aux esprits cette semaine, avec de nombreuses discussions à ce sujet, comme celle-ci, lancée par un contributeur de Debian qui a été contraint à travailler sous l'identité d'un parrain. « Le château Debian a été construit, et maintenant tous les ouvriers se sont enfermés l'intérieur, pendant que les autres personnes se trouvent dans les douves, le pont-levi étant levé. Certaines personnes, du reste assez braves, placent des échelles et escaladent les murs [...] afin de rentrer dans le château et d'y aider à poursuivre la construction. Beaucoup des habitants du domaine montrent des signes de rejet, d'autres font des reproches au roi, et les dernières font passer les murs de manière illégale le plus rapidement possible. » Plusieurs personnes ont mentionné que la liste d'attente devrait être réouverte ce mois-ci (sûrement après le gel).

Alors que l'accueil de nouveaux responsables au sein de Debian reste un problème non résolu, des progrès ont été réalisés pour dénicher les développeurs inactifs. Autrefois, nous utilisions un système de « ping » sur les développeurs, mais maintenant Jason Gunthorpe a implémenté une nouvelle méthode pour suivre l'activité d'un développeur. Il l'a dénommée « Echelon ». Elle rend compte du trafic sur toutes les listes de diffusion de Debian et garde la trace de la dernière fois qu'un développeur a été vu. Environ six mois plus tard, nous pouvons alors commencer à utiliser ces informations, trouver une solution avec le développeur inactif, et ainsi vérifier que chaque paquet a son responsable actif.

Tous ceux qui ont récemment installé un nouveau système Debian en utilisant les disquettes de démarrage de Potato ont un système sévèrement abîmé, vulnérable à de nombreux exploits en conséquence de problèmes de permissions. L'équipe en charge des disquettes de démarrage a fixé ces problèmes, et il est probable que peu de personnes ont été affectées, étant donné qu'une faible population a essayé les disquettes de démarrage de Potato pour le moment. Le travail sur les disquettes de démarrage continue sur plusieurs fronts.

TeX et Emacs devraient-ils être retirés de la partie standard et déplacés vers la partie optionnelle ? Il s'agit des deux paquets les plus importants présents dans l'installation standard, et à eux-seuls ils sont responsables du doublement de la taille d'une installation standard de Debian. Robert Woodcock a soutenu cette solution, arguant du fait que ces paquets ne sont pas suffisamment utilisés pour être inclus dans la partie standard. Comme on pouvait s'y attendre, les opinions divergent. L'un des messages les plus intéressants prend du recul et examine la totalité de notre système de section et de priorité, et y trouve de nombreux manques.

La liste des nouveaux paquets intégrés à Debian cette semaine inclut les paquets décrits ci-dessous ainsi que 20 autres. Ceux-ci feront certainement partie des derniers paquets à être ajoutés à Debian avant un certain temps, étant donné qu'un moratoire dû au prégel est actuellement en effet.

Merci à Randolph Chung pour sa contribution.


Pour recevoir cette gazette chaque semaine dans votre boîte à lettres, abonnez-vous à la liste de diffusion debian-news pour la version anglaise ou à la liste de diffusion debian-news-french pour la version française.

Les dernières parutions de cette gazette sont disponibles.

Ce numéro de la Debian Weekly News a été édité par Joey Hess.
Il a été traduit par Thomas Huriaux.