IFIT 2003 — Compte-rendu

Discussion d'invités

Cette Informationday Free Information Technology (IFIT) est la première conférence sur ce thème organisée par le département des sciences et du droit de l'université d'Innsbruck. De nombreuses personnes ont contribué à la création de cette conférence en travaillant sur de petites choses, comme si c'était un logiciel libre. Bien que l'IFIT soit prévue sous la forme d'une journée de conférences, une discussion d'invités s'est tenue vendredi soir.

Habituellement, assister à une discussion d'invités est intéressant car il s'agir de débats d'experts. Quoi qu'il en soit, cette fois, il y avait trois politiques (un quatrième avait annulé sa participation). La discussion a débuté par une introduction sur le logiciel à source ouvert et ressemblait plus à un test de connaissances « trouvez les cent premiers bogues ». C'était vraiment difficile à suivre. Tout était très confus.

Cependant, inclure l'auditoire dans le débat et lui donner une chance de poser des questions aux invités fut une très bonne idée. Seul le représentant d'un parti (les Verts) semblait comprendre les problèmes et faire des déclarations claires en faveur du logiciel à source ouvert et contre les brevets logiciels.

Un petit buffet a fourni un espace supplémentaire de discussion entre les orateurs, les visiteurs et les officiels. Après la fermeture de l'université, les débats ont continué dans un hôtel proche pratiquement jusqu'à l'aurore. Quand bien même ce serait assez habituel dans les conférences couvrant le logiciel libre, il semblerait que se soit très rare dans les conférences officielles.

Informationday Free Information Technology

La conférence était composée d'exposés et d'ateliers ainsi que d'un petit salon d'information pour se détendre dans lequel le projet Debian, le Verein zur Förderung Freier Software (FFS) autrichien et le groupe des utilisateurs de Linux du Tyrol ont pu tenir un stand proche des stands commerciaux. Pendant les exposés, tous les stands étaient pratiquement vides et seul le personnel flânait.

Dans les ateliers, les orateurs informaient leur audience sur l'utilisation du logiciel libre dans l'éducation ainsi que dans les agences gouvernementales et les entreprises. Il a été souligné plusieurs fois que certains objectifs ne pouvaient pas être atteints ni certains produits utilisés avec des logiciels propriétaires et sous licence. Le logiciel libre dégage de nouvelles possibilités et opportunités.

L'exposé de Debian a expliqué comment se fait le développement dans le projet Debian. L'orateur a expliqué les bénéfices du modèle de développement ouvert, les mécanismes utilisés et la structure qui permet au projet de ne pas sombrer dans le chaos. Il a souligné la manière dont les développeurs travaillent en collaboration et comment les modifications importantes sont débattues et mises en œuvre.

À la fin de la journée, l'exposé final couvrait l'avenir des technologies libres de l'information et s'est centré sur les menaces qui pourraient viser le logiciel et les technologies libres, y compris les standards et les matériels non libres. Mais la principale menace vient de l'acceptation légale des brevets logiciels et de la concession de brevets triviaux comme les barres de progression ou l'enregistrement de données audio.

Après l'exposé, un petit buffet a été servi, les discussions ont donc pu se poursuivre jusqu'à la fermeture de l'université. Un café grec a accueilli les débats ensuite, mais pas aussi longtemps que la veille.

La plupart des exposés et des ateliers étaient enregistrés numériquement. Des flux vidéo sont fournis pas l'équipe d'organisation de l'IFIT. Un DVD des meilleurs moments est également en cours de production, des informations seront annoncées sur la liste de diffusion.

Martin Schulze