Chapitre 5. Configuration du réseau

Table des matières

5.1. L’infrastructure de base du réseau
5.1.1. Résolution du nom d’hôte
5.1.2. Nom de l’interface réseau
5.1.3. Plage d’adresses réseau du réseau local (« LAN »)
5.1.4. La gestion du périphérique réseau
5.2. Configuration moderne de réseau pour ordinateur de bureau
5.2.1. Outils graphiques de configuration du réseau
5.3. Ancienne méthode de configuration et de connexion réseau
5.4. Méthode de connexion réseau (ancienne)
5.4.1. La connexion DHCP avec Ethernet
5.4.2. Connexion Ethernet avec une adresse IP statique
5.4.3. La connexion PPP avec pppconfig
5.4.4. Autre connexion PPP avec wvdialconf
5.4.5. La connexion PPPoE avec pppoeconf
5.5. Configuration de base du réseau avec ifupdown (ancienne)
5.5.1. La syntaxe de commande simplifiée
5.5.2. Syntaxe de base de « /etc/network/interfaces »
5.5.3. L’interface réseau de rebouclage (« loopback »)
5.5.4. Interfaces réseau gérées par DHCP
5.5.5. Interface réseau avec une adresse IP fixe
5.5.6. Les bases de l’interface réseau sans fil
5.5.7. L’interface de réseau local sans fil avec WPA/WPA2
5.5.8. L’interface réseau local sans fil avec WEP
5.5.9. La connexion PPP
5.5.10. La connexion alternative PPP
5.5.11. La connexion PPPoE
5.5.12. État de configuration réseau de ifupdown
5.5.13. Configuration réseau de base
5.5.14. La paquet ifupdown-extra
5.6. Configuration réseau avancée avec ifupdown (ancienne)
5.6.1. La paquet ifplugd
5.6.2. Le paquet ifmetric
5.6.3. L’interface virtuelle
5.6.4. Syntaxe de commande avancée
5.6.5. L’entrée « mapping »
5.6.6. Configuration réseau commutable manuellement
5.6.7. Scripts avec le système ifupdown
5.6.8. Cartographie réseau avec guessnet
5.7. Configuration réseau de bas niveau
5.7.1. Commandes Iproute2
5.7.2. Opérations sûres de bas niveau sur le réseau
5.8. Optimisation du réseau
5.8.1. Rechercher le MTU optimum
5.8.2. Définir le MTU
5.8.3. Optimisation de TCP sur le réseau Internet
5.9. Infrastructure de netfilter
[Astuce] Astuce

Pour un guide d’ordre général concernant le réseau sous GNU/Linux, lire le Guide de l’administrateur réseau de Linux (« Linux Network Administrators Guide »).

[Astuce] Astuce

Bien que ce document utilise encore l’ancien ifconfig(8) avec IPv4 comme exemples de configuration réseau, Debian se dirige vers ip(8) avec IPv4 et IPv6 à partir de Wheezy. Les correctifs pour mettre à jour ce document sont les bienvenus.

[Astuce] Astuce

Under systemd, networkd may be used to manage networks. See systemd-networkd(8).

Passons en revue l’infrastructure de base du réseau sur un système Debian moderne.

Tableau 5.1. Liste des outils de configuration du réseau

paquets popcon taille type description
ifupdown V:573, I:997 121 config::ifupdown outil standard pour activer ou désactiver le réseau (spécifique à Debian)
ifplugd V:3, I:11 352 , , gérer automatiquement le réseau filaire
ifupdown-extra V:0, I:1 123 , , script de test du réseau pour améliorer le paquet « ifupdown »
ifmetric V:0, I:1 21 , , définir les métriques de routage d’une interface réseau
guessnet V:0, I:1 456 , , script de cartographie réseau améliorant le paquet « ifupdown » par l’intermédiaire du fichier « /etc/network/interfaces »
ifscheme V:0, I:0 132 , , script de cartographie réseau pour améliorer le paquet « ifupdown »
ifupdown-scripts-zg2 V:0, I:0 147 , , scripts d’interface de Zugschlus fournissant une méthode manuelle à ifupdown
network-manager V:369, I:486 7106 config::NM NetworkManager (démon) : gère automatiquement le réseau
network-manager-gnome V:272, I:434 6720 , , NetworkManager (frontal de GNOME)
plasma-widget-networkmanagement V:25, I:64 16 , , NetworkManager (frontal de KDE)
wicd I:21 16 config::wicd gestionnaire de réseau filaire ou sans fil (métapaquet)
wicd-cli V:0, I:3 28 , , gestionnaire de réseau filaire ou sans fil (client en ligne de commandes)
wicd-curses V:1, I:6 128 , , gestionnaire de réseau filaire ou sans fil (client Curses)
wicd-daemon V:23, I:27 1103 , , gestionnaire de réseau filaire ou sans fil (démon)
wicd-gtk V:17, I:23 387 , , gestionnaire de réseau filaire ou sans fil (client GTK+)
iptables V:244, I:995 1415 config::Netfilter outils d’administration pour le filtrage des paquets et NAT (Netfilter)
iproute V:467, I:971 16 config::iproute2 iproute2, IPv6 et autres configurations avancées du réseau : ip(8), tc(8), etc
ifrename V:1, I:3 192 , , renommer une interface réseau en fonction de divers critères statiques : ifrename(8)
ethtool V:94, I:245 272 , , afficher ou modifier les paramètres d’un périphérique Ethernet
iputils-ping V:287, I:996 116 test::iproute2 tester l’accessibilité d’une machine distante par nom de machine ou adresse IP (iproute2)
iputils-arping V:2, I:23 47 , , tester l’accessibilité réseau d’une machine distante spécifiée par une adresse ARP
iputils-tracepath V:24, I:320 77 , , tracer le chemin du réseau vers une machine distante
net-tools V:655, I:998 910 config::net-tools boîte à outils réseau NET-3 (net-tools, configuration réseau IPv4) : ifconfig(8), etc.
inetutils-ping V:0, I:1 347 test::net-tools tester l’accessibilité réseau d’une machine distante par nom de machine ou adresse IP (ancien, GNU)
arping V:3, I:30 103 , , tester l’accessibilité réseau d’une machine distante spécifiée par une adresse ARP (ancien)
traceroute V:85, I:994 126 , , tracer le chemin réseau vers une machine distante (ancien, console)
isc-dhcp-client V:501, I:924 560 config::low-level client DHCP
wpasupplicant V:384, I:536 2469 , , client prenant en charge WPA et WPA2 (IEEE 802.11i)
wpagui V:0, I:5 831 , , client graphique (Qt) pour wpa_supplicant
wireless-tools V:68, I:268 325 , , outils pour manipuler les « Extensions Linux sans fil » (Linux Wireless Extensions)
ppp V:99, I:534 921 , , connexion PPP/PPPoE avec chat
pppoeconf V:1, I:17 290 config::helper assistant de configuration d’une connexion PPPoE
pppconfig V:1, I:7 1014 , , assistant de configuration pour une connexion PPP avec chat
wvdial V:1, I:11 276 , , assistant de configuration pour une connexion PPP avec wvdial et ppp
mtr-tiny V:9, I:74 123 test::low-level tracer le chemin réseau vers une machine distante (curses)
mtr V:6, I:36 167 , , tracer le chemin réseau vers une machine distante (curses et GTK+)
gnome-nettool V:21, I:349 2752 , , outils pour des opérations d’informations habituelles sur le réseau (GNOME)
nmap V:57, I:486 17598 , , cartographie réseau / balayage de ports (Nmap, console)
zenmap V:2, I:13 2657 , , cartographie réseau / balayage de ports (GTK+)
tcpdump V:25, I:199 1092 , , analyseur de trafic réseau (Tcpdump, console)
wireshark V:11, I:74 2300 , , analyseur de trafic réseau (Wireshark, GTK+)
tshark V:3, I:33 359 , , analyseur de trafic réseau (console)
nagios3 V:1, I:12 1 , , système de surveillance et de gestion pour les machines, les services et les réseaux (Nagios)
tcptrace V:0, I:2 389 , , produit un résumé des connexions à partir d’une sortie de tcpdump
snort V:2, I:3 1707 , , système souple de détection d’intrusion par le réseau (Snort)
ntop V:5, I:10 1685 , , afficher l’utilisation du réseau dans le navigateur web
dnsutils V:102, I:922 377 , , clients réseau fournis par BIND : nslookup(8), nsupdate(8), dig(8)
dlint V:2, I:53 96 , , vérifier les zones d’information DNS en utilisant des requêtes du serveur de noms
dnstracer V:0, I:3 81 , , tracer une chaîne de serveurs DNS jusqu’à la source

La résolution du nom d’hôte est actuellement prise en charge aussi par le mécanisme NSS (Name Service Switch). Le flux de cette résolution est le suivant :

  1. Le fichier « /etc/nsswitch.conf » avec une entrée comme « hosts: files dns » donne l’ordre de la résolution du nom d’hôte (cela remplace l’ancienne fonctionnalité de l’entrée « order » dans « /etc/host.conf »).

  2. La méthode files est d’abord appelée. Si le nom d’hôte est trouvé dans le fichier « /etc/hosts », elle retourne toutes les adresses valables qui y correspondent et quitte. (Le fichier « /etc/host.conf » contient « multi on »).

  3. La méthode dns est appelée. Si le nom d’hôte est trouvé par une requête au Système de noms de domaine Internet (DNS) (« Internet Domain Name System ») identifié par le fichier « /etc/resolv.conf », elle retourne toutes les adresses valables correspondantes et quitte.

Par exemple, « /etc/hosts » ressemble à ce qui suit :

127.0.0.1 localhost
127.0.1.1 <nom_hote>

# Les lignes suivantes servent pour les machines pouvant utiliser IPv6
::1     ip6-localhost ip6-loopback
fe00::0 ip6-localnet
ff00::0 ip6-mcastprefix
ff02::1 ip6-allnodes
ff02::2 ip6-allrouters
ff02::3 ip6-allhosts

Chaque ligne commence par une adresse IP et est suivie du nom d’hôte associé.

L’adresse IP 127.0.1.1 en deuxième ligne de cet exemple pourrait ne pas être présente sur d’autres systèmes de type UNIX. L’installateur Debian ajoute cette entrée pour les systèmes sans adresse IP permanente en tant que contournement pour certains programmes (par exemple GNOME) comme expliqué dans le bogue nº 719621.

Le <nom_hote> correspond au nom d’hôte défini dans « /etc/hostname ».

Pour un système avec une adresse IP permanente, cette adresse IP devrait être utilisée à la place de 127.0.1.1.

Pour un système avec une adresse IP permanente et un nom de domaine complètement qualifié (FQDN) fourni par le système de noms de domaine (DNS), les <nom_hote> et <nom_domaine> canoniques devraient être utilisés ici, plutôt que le simple <nom_hote>.

« /etc/resolv.conf » est un fichier statique si le paquet resolvconf n’est pas installé. S’il est installé, c’est un lien symbolique. Dans tous les cas, il contient des informations qui initialisent les routines du résolveur. Si le DNS est trouvé à l’IP=« 192.168.11.1 », il contient ce qui suit :

nameserver 192.168.11.1

Le paquet resolvconf fait de ce « /etc/resolv.conf » un lien symbolique et gère son contenu automatiquement par le script hook.

Pour une station de travail « compatible PC » sur un réseau local ad hoc typique, le nom d’hôte peut être résolu à l’aide du Multicast DNS (mDNS, Zeroconf) en plus des méthodes traditionnelles par fichiers et dns.

  • Sur les systèmes Debian, Avahi fournit un cadre pour le « Multicast DNS Service Discovery ».

  • Il est l’équivalent de Apple Bonjour/Apple Rendezvous.

  • Le greffon de la bibliothèque libnss-mdns fournit une résolution de nom d’hôte à l’aide de mDNS pour la fonction « GNU Name Service Switch (NSS) » de « GNU C Library (glibc) ».

  • Le fichier « /etc/nsswitch.conf  devrait contenir une section telle que « hosts: files mdns4_minimal [NOTFOUND=return] dns mdns4 ».

  • La résolution est appliquée aux noms d’hôtes se terminant avec le pseudo-top-level domain (TLD) « .local ».

  • L’adresse IPV4 de lien-local multicast mDNS « 224.0.0.251 » ou son équivalente pour l’IPV6 « FF02::FB  est utilisée pour faire une requête DNS sur les noms se terminant en « .local ».

La résolution du nom de machine par le protocole obsolète NETBios over TCP/IP utilisé par les systèmes Windows plus anciens peut être fournie en installant le paquet winbind. Le fichier « /etc/nsswitch.conf » devra avoir une entrée semblable à « hosts: files mdns4_minimal [NOTFOUND=return] dns mdns4 wins » afin d’activer cette fonctionnalité (les systèmes Windows récents utilisent normalement la méthode dns pour la résolution de nom d’hôte).

[Note] Note

The expansion of generic Top-Level Domains (gTLD) in the Domain Name System is underway. Watch out for the name collision when chosing a domain name used only within LAN.

Le nom de l’interface réseau, par exemple eth0, est assigné dans le noyau Linux à chaque matériel par le mécanisme udev de configuration de l’espace utilisateur (consultez Section 3.3, « Le système udev »), lorsqu’il est trouvé. On appelle l’interface réseau interface physique (« physical interface ») dans ifup(8) et interfaces(5).

De manière à ce que les interfaces réseau aient un nom homogène lors des redémarrages en utilisant l’adresse MAC, etc., il existe un fichier de règles « /etc/udev/rules.d/70-persistent-net.rules ». Ce fichier est créé automatiquement par le programme « /lib/udev/write_net_rules », probablement lancé par le fichier de règles « persistent-net-generator.rules ». Vous pouvez le modifier pour changer la règle de nommage.

[Attention] Attention

En éditant le fichier de règles « /etc/udev/rules.d/70-persistent-net.rules », vous devrez conserver chaque règle sur une seule ligne et l’adresse MAC en minuscule. Par exemple, si vous trouvez « FireWire device » et « PCI device » dans ce fichier, vous voudrez probablement nommer eth0 le « PCI device » et le configurer comme interface réseau primaire.

À partir de la version squeeze, les systèmes Debian peuvent gérer la connexion au réseau à l’aide de démons tels que NetworkManager (NM) (paquet network-manager et les paquets associés) ou Wicd (paquet wicd et les paquets associés).

  • Ils sont fournis avec leur propre interface utilisateur graphique (GUI) et en ligne de commandes.

  • Ils ont leur propre démon en tant que sytème dorsal.

  • Ils permettent une connexion facile de votre système à Internet.

  • Ils permettent une gestion facile de la configuration du réseau filaire ou sans fil.

  • Ils nous permettent de configurer le réseau indépendamment de l’ancien paquet « ifupdown »

[Note] Note

Ne pas utiliser ces outils de configuration automatique du réseau sur un serveur. Ils ont été prévus principalement pour les utilisateurs de système de bureau tournant sur des ordinateurs portables.

Ces outils modernes de configuration du réseau doivent être configurés correctement afin d’éviter des conflits avec l’ancien paquet ifupdown et son fichier de configuration « /etc/network/interfaces ».

[Note] Note

Certaines fonctionnalités de ces outils de configuration automatique du réseau peuvent souffrir de régressions. Ils ne sont pas aussi robustes que l’ancien paquet ifupdown. Consultez le BTS de network-manager et le BTS de wicd pour en savoir plus sur les problèmes et les limitations actuelles.

Les documentations officielles de NM et Wicd sous Debian sont fournies respectivement par « /usr/share/doc/network-manager/README.Debian » et « /usr/share/doc/wicd/README.Debian ».

Essentiellement, la configuration réseau pour un ordinateur de bureau est faite de la manière suivante :

  1. Rendez l’utilisateur du bureau, par exemple toto, membre du groupe « netdev » à l’aide de la commande suivante (vous pouvez aussi le faire automatiquement à l’aide de D-bus sous les environnements de bureau modernes comme GNOME et KDE) :

    $ sudo adduser toto netdev
  2. Gardez la configuration de « /etc/network/interfaces » aussi simple que possible comme ce qui suit :

    auto lo
    iface lo inet loopback
  3. Redémarrez NM ou Wicd de la manière suivante :

    $ sudo /etc/init.d/network-manager restart
    $ sudo /etc/init.d/wicd restart
  4. Configurez votre réseau à l’aide d’une interface graphique.

[Note] Note

Afin d’éviter les conflits avec ifupdown, seules les interfaces qui ne sont pas listées dans « /etc/network/interfaces » sont gérées par NM ou Wicd.

[Astuce] Astuce

Si vous désirez étendre les possibilités de configuration de NM, veuillez récupérer les modules d’extension appropriés et les paquets supplémentaires tels que network-manager-openconnect, network-manager-openvpn-gnome, network-manager-pptp-gnome, mobile-broadband-provider-info, gnome-bluetooth, etc. Il en va de même pour ceux de Wicd.

[Attention] Attention

Ces outils de configuration automatique peuvent ne pas être compatibles avec des configurations ésotériques de l’ancien ifupdown dans « /etc/network/interfaces » telles que celles se trouvant en Section 5.5, « Configuration de base du réseau avec ifupdown (ancienne) » et Section 5.6, « Configuration réseau avancée avec ifupdown (ancienne) ». Consultez le BTS de network-manager et le BTS de wicd pour les problèmes et les limitations actuels.

Lorsque la méthode décrite dans Section 5.2, « Configuration moderne de réseau pour ordinateur de bureau » ne suffit pas à vos besoins, vous pouvez utiliser les anciennes connexion au réseau et méthode de configuration qui combinent de nombreux outils simples.

L’ancienne connexion au réseau est spécifique pour chacune des méthodes (consultez Section 5.4, « Méthode de connexion réseau (ancienne) »).

Il existe deux types de programmes de bas niveau pour la configuration du réseau sous un système Linux (consultez Section 5.7.1, « Commandes Iproute2 »).

  • Les programmes net-tools anciens (ifconfig(8), …) proviennent du système de réseau NET-3 de Linux. La plupart d’entre-eux sont aujourd’hui obsolètes.

  • Les nouveaux programmes Linux iproute2 (ip(8), …) représentent le système actuel de gestion de réseau sous Linux.

Bien que ces programmes de bas niveau soient puissants, ils sont lourds à utiliser. Des systèmes de haut niveau de configuration du système ont donc été créés.

Le paquet ifupdown est le standard de fait pour un tel système de configuration de haut niveau du réseau sur Debian. Il vous permet d’activer un réseau en utilisant simplement, par exemple, « ifup eth0 ». Son fichier de configuration est le fichier /etc/network/interfaces » et son contenu typique est le suivant :

auto lo
iface lo inet loopback

auto eth0
iface eth0 inet dhcp

Le paquet resolvconf a été créé pour complément au système ifupdown afin de prendre en charge une reconfiguration en douceur de la résolution d’adresse du réseau en automatisant la réécriture du fichier de configuration de la résolution « /etc/resolv.conf ». Maintenant, la plupart des paquets de Debian servant à la configuration du réseau sont modifiés pour utiliser le paquet resolvconf (consultez « /usr/share/doc/resolvconf/README.Debian »).

Des scripts d’aide pour le paquet ifupdown comme ifplugd, guessnet, ifscheme, etc. ont été créés pour automatiser la configuration de l’environnement réseau comme dans le cas d’un PC mobile sur un réseau local câblé. Ils sont relativement difficiles à utiliser mais fonctionnent bien en conjonction avec un système ifupdown existant.

Cela est expliqué en détail et avec des exemples (consultez Section 5.5, « Configuration de base du réseau avec ifupdown (ancienne) » et Section 5.6, « Configuration réseau avancée avec ifupdown (ancienne) »).

[Attention] Attention

La méthode de test de connexion décrite dans cette section est destinée à des fins de test. Elle n’est pas destinée à être directement utilisée pour la connexion réseau de tous les jours. Vous êtes invité à utiliser à la place NM, Wicd ou le paquet ifupdown (consultez Section 5.2, « Configuration moderne de réseau pour ordinateur de bureau » et Section 5.5, « Configuration de base du réseau avec ifupdown (ancienne) »).

La connexion typique au réseau et le chemin de connexion pour un PC peuvent être résumés comme suit :


Voici un résumé des scripts de configuration de chaque méthode de connexion :


Les acronymes de connexion au réseau ont la signification suivante :


[Note] Note

Les services de connexion au réseau étendu (WAN) par l’intermédiaire du câble du réseau de télévision sont en général servis par DHCP ou PPPoE. Ceux qui sont connectés en ADSL et FTTP sont en général servis par PPPoE. Vous devrez consulter votre FAI afin de connaître les exigences exactes de configuration de la connexion WAN.

[Note] Note

Lorsqu’un routeur large bande (« BB-router ») est utilisé pour créer un environnement de réseau local domestique, les PC sur le réseau local sont connectés au réseau étendu (WAN) par l’intermédiaire du routeur large bande par traduction d’adresse réseau (NAT). Dans ce cas, les interfaces réseau des PC sur le réseau local sont servies avec des adresses IP statiques ou par DHCP depuis le routeur large bande. Le routeur large bande, pour se connecter au réseau étendu, doit être configuré en suivant les instructions de votre FAI.

Le script de configuration pppconfig configure la connexion PPP de manière interactive en sélectionnant simplement les éléments suivants :

  • numéro de téléphone ;

  • identifiant chez le fournisseur d’accès (FAI) ;

  • mot de passe chez le FAI ;

  • vitesse du port ;

  • port de communication avec le modem ;

  • méthode d’authentification.

Tableau 5.6. Liste des fichiers de configuration pour la connexion PPP avec pppconfig

fichier fonction
/etc/ppp/peers/<nom_fai> fichier de configuration spécifique à <nom_fai> créé par pppconfig pour pppd
/etc/chatscripts/<nom_fai> fichier de configuration spécifique à <nom_fai> créé par pppconfig pour chat
/etc/ppp/options paramètres généraux d’exécution de pppd
/etc/ppp/pap-secret données d’authentification pour PAP (risque de sécurité)
/etc/ppp/chap-secret données d’authentification pour CHAP (plus sécurisé)

[Attention] Attention

La valeur « <nom_fai> » du champ « provider » est supposée si les commandes pon et poff sont appelées sans paramètre.

Vous pouvez tester la configuration de la manière suivante, en utilisant des outils de configuration de réseau de bas niveau :

$ sudo pon <nom_fai>
...
$ sudo poff <nom_fai>

Consultez « /usr/share/doc/ppp/README.Debian.gz ».

La configuration traditionnelle du réseau TCP/IP sur un système Debian utilise le paquet ifupdown comme outil de haut niveau. Il y a deux cas typiques :

Ces méthodes traditionnelles de configuration sont assez utiles si vous désirez définir une configuration avancée ; plus de détails dans ce qui suit :

Le paquet ifupdown fournit l’ossature standardisée pour la configuration du réseau de haut niveau sur un système Debian. Dans cette section, nous apprenons les bases de la configuration du réseau avec ifupdown avec une introduction simplifiée et de nombreux exemples typiques.

La syntaxe clé de « /etc/network/interfaces » telle qu’expliquée dans interfaces(5) peut être résumée comme suit :


Les lignes commençant par l’entrée iface ont la syntaxe suivante :

iface <nom_config> <famille_adresse> <nom_méthode>
 <option1> <valeur1>
 <option2> <valeur2>
 ...

Pour la configuration de base, l’entrée de mapping n’est pas utilisée si vous utilisez le nom de l’interface réseau comme nom de configuration du réseau (consultez Section 5.6.5, « L’entrée « mapping » »).

[Avertissement] Avertissement

Ne pas définir dans « /etc/network/interfaces » d’entrée « iface » en double pour une interface réseau

Après avoir préparé le système selon Section 5.4.1, « La connexion DHCP avec Ethernet », l’interface réseau gérée par le DHCP est configurée en créant l’entrée de configuration suivante dans le fichier « /etc/network/interfaces » :

allow-hotplug eth0
iface eth0 inet dhcp

Lorsque le noyau de Linux détecte l’interface physique eth0, l’entrée allow-hotplug permet à ifup d’activer l’interface et l’entrée iface demande à ifup d’utiliser DHCP pour configurer l’interface.

Le réseau local sans fil (« wireless LAN ou WLAN ») permet une connexion sans fil à haute vitesse par une communication en spectre étalé « spread-spectrum » sur des bandes radio ne nécessitant pas de licence en utilisant un ensemble de normes appelées IEEE 802.11.

Les interfaces WLAN se comportent sensiblement de la même manière que les interfaces Ethernet normales mais elles demandent un identifiant de réseau et des données de clé de chiffrement lors de leur initialisation. Leurs outils réseau de haut niveau sont exactement les mêmes que pour les interfaces Ethernet mais les noms des interfaces sont un peu différents, comme eth1, wlan0, ath0, wifi0, … selon les pilotes du noyau utilisés.

[Astuce] Astuce

Le périphérique wmaster0 est le périphérique-maître interne utilisé uniquement par SoftMAC avec la nouvelle API mac80211 de Linux.

Voici quelques mot-clés à se souvenir pour le WLAN :


Le choix du protocole est normalement restreint par le routeur sans fil déployé.

Vous devrez installer le paquet wpasupplicant afin de prendre en compte le WLAN avec les nouveaux protocoles WPA/WPA2.

Dans le cas d’IP fournies par DHCP sur une connexion WLAN, l’entrée du fichier « /etc/network/interfaces » doit être similaire à ce qui suit :

allow-hotplug ath0
iface ath0 inet dhcp
 wpa-ssid zonemaison
 # la clé psk hexadécimale est encodée depuis une phrase de passe en texte clair
 wpa-psk 000102030405060708090a0b0c0d0e0f101112131415161718191a1b1c1d1e1f

Consultez « /usr/share/doc/wpasupplicant/README.modes.gz ».

Vous devrez installer le paquet wireless-tools pour prendre en charge le WLAN avec l’ancien protocole WEP. (Votre routeur grand public peut encore utiliser cette infrastructure non sûre mais c’est mieux que rien).

[Attention] Attention

Remarquez que le trafic réseau sur votre WLAN avec WEP peut être espionné par d’autres.

Dans le cas d’IP fournies par DHCP sur une connexion WLAN, l’entrée du fichier « /etc/network/interfaces » doit être similaire à ce qui suit :

allow-hotplug eth0
iface eth0 inet dhcp
 wireless-essid Maison
 wireless-key1 0123-4567-89ab-cdef
 wireless-key2 12345678
 wireless-key3 s:mot_de_passe
 wireless-defaultkey 2
 wireless-keymode open

Consultez « /usr/share/doc/wireless-tools/README.Debian ».

Vous devrez d’abord configurer la connexion PPP comme décrit précédemment (consultez Section 5.4.3, « La connexion PPP avec pppconfig »). Ensuite, ajoutez dans le fichier « /etc/network/interfaces » une entrée pour le périphérique PPP primaire ppp0 comme suit :

iface ppp0 inet ppp
 provider <nom_fai>

Vous devrez d’abord configurer la connexion PPP alternative avec wvdial comme décrit précédemment (consultez Section 5.4.4, « Autre connexion PPP avec wvdialconf »). Ajoutez ensuite dans le fichier « /etc/network/interfaces » une entrée pour le périphérique primaire PPP ppp0 comme suit :

iface ppp0 inet wvdial

Pour le PC directement connecté au WAN et utilisant PPPoE, vous devez configurer votre système pour une connexion PPPoE comme cela a été décrit précédemment (consultez Section 5.4.5, « La connexion PPPoE avec pppoeconf »). Ajoutez ensuite dans le fichier « /etc/network/interfaces » une entrée pour le premier périphérique PPPoE eth0 comme suit :

allow-hotplug eth0
iface eth0 inet manual
 pre-up /sbin/ifconfig eth0 up
 up ifup ppp0=dsl
 down ifdown ppp0=dsl
 post-down /sbin/ifconfig eth0 down
# Ce qui suit est utilisé uniquement de manière interne
iface dsl inet ppp
 provider fournisseur-internet

Les fonctionnalités du paquet ifupdown peuvent être améliorées au-delà de ce qui est décrit dans Section 5.5, « Configuration de base du réseau avec ifupdown (ancienne) » avec des connaissances avancées.

Les fonctionnalités décrites ici sont entièrement facultatives. Étant paresseux et minimaliste, je me suis rarement ennuyé à les utiliser.

[Attention] Attention

Si vous n’êtes pas arrivé à établir une connexion réseau à l’aide des informations de Section 5.5, « Configuration de base du réseau avec ifupdown (ancienne) », vous ne ferez qu’empirer la situation en utilisant les informations qui suivent :

Le paquet ifplugd est un ancien outil de configuration automatique de réseau qui ne peut gérer que les connexions Ethernet. Il permet de régler le problème des connexions et déconnexions des câbles Ethernet avec les PC mobiles, etc. Si vous avez installé NetworkManager ou Wicd (consultez Section 5.2, « Configuration moderne de réseau pour ordinateur de bureau »), vous n’avez pas besoin de ce paquet.

Ce paquet fait tourner un démon qui remplace les fonctionnalités auto ou allow-hotplug (consultez Tableau 5.10, « Liste des entrées de « /etc/network/interfaces » ») et qui active les interfaces lors de leur connexion au réseau.

Voici comment utiliser le paquet ifplugd pour le port Ethernet interne, par exemple, eth0.

  1. Supprimez l’entrée « auto eth0 » ou « allow-hotplug eth0 » de « /etc/network/interfaces »

  2. Conservez les entrées « iface eth0 inet … » et « mapping … » de « /etc/network/interfaces »

  3. Installez le paquet ifplugd.

  4. Lancez « sudo dpkg-reconfigure ifplugd »

  5. Mettez eth0 comme interface « statique devant être surveillée par ifplugd ».

Le réseau fonctionne maintenant comme vous le désirez.

  • Lors de la mise sous tension ou lors de la découverte du matériel, l’interface n’est pas activée par elle-même.

  • L’interface est activée lors de la découverte du câble Ethernet.

  • L’interface est désactivée quelque temps après que le câble Ethernet ait été débranché.

  • L’interface est activée dans le nouvel environnement de réseau lors de la connexion d’un autre câble Ethernet.

[Astuce] Astuce

Les paramètres de la commande ifplugd(8) peuvent définir son comportement tel que le délai de reconfiguration des interfaces.

Une seule interface Ethernet physique peut être configurée en tant que de multiples interfaces virtuelles avec différentes adresses IP. Habituellement, le but est de connecter une interface à plusieurs sous-réseaux ayant des IP différentes. Par exemple, l’hébergement web virtuel basé sur l’IP avec une seule interface réseau est une application de ce type.

Supposons, par exemple, ce qui suit :

  • une seule interface Ethernet de votre machine est raccordée à un « hub Ethernet » (pas au routeur à large bande) :

  • le concentrateur Ethernet est connecté à la fois à Internet et au réseau local :

  • le réseau local utilise le sous-réseau 192.168.0.x/24 :

  • votre machine utilise une adresse IP fournie par DHCP avec l’interface physique eth0 pour Internet :

  • votre machine utilise 192.168.0.1 avec l’interface virtuelle eth0:0 pour le réseau local.

Les entrées suivantes de « /etc/network/interfaces » permettent de configurer votre réseau :

iface eth0 inet dhcp
 metric 0
iface eth0:0 inet static
 address 192.168.0.1
 netmask 255.255.255.0
 network 192.168.0.0
 metric 1
[Attention] Attention

Bien que cet exemple de configuration avec traduction d’adresse réseau (NAT) en utilisant netfilter/iptables (consultez Section 5.9, « Infrastructure de netfilter ») puisse fournir un routeur économique pour le réseau local avec une seule interface, il n’y a pas, avec votre configuration, de possibilité réelle de pare-feu. Vous devriez utiliser deux interfaces physiques avec NAT afin de sécuriser le réseau local contre ce qui provient d’Internet.

Le paquet ifupdown fournit une configuration avancée du réseau en utilisant le nom configuration réseau et le nom interface réseau. J’utilise une terminologie un peu différente de celle utilisée dans ifup(8) et interfaces(5).


Les commandes élémentaires de configuration du réseau se trouvant dans Section 5.5.1, « La syntaxe de commande simplifiée » exigent que le nom de la configuration réseau de l’entrée iface corresponde au nom de l’interface réseau dans le fichier « /etc/network/interfaces ».

Les commandes avancées de configuration du réseau permettent de séparer de la manière suivante le nom de la configuration réseau et le nom de l’interface réseau dans le fichier « /etc/network/interfaces » :


Nous avons sauté l’explication de l’entrée mapping du fichier « /etc/network/interfaces » dans la Section 5.5.2, « Syntaxe de base de « /etc/network/interfaces » » pour éviter des complications. Cette entrée possède la syntaxe suivante :

mapping <motif_nom_interface>
 script <nom_script>
 map <script_entrée1>
 map <script_entrée2>
 map ...

Cela fournit des fonctionnalités avancées au fichier « /etc/network/interfaces » en automatisant le choix de la configuration avec le script de « mapping » indiqué par <nom_script>.

Suivons l’exécution de ce qui suit :

$ sudo ifup eth0

Lorsque « <motif_nom_interface> » correspond à « eth0 », cette exécution lance l’exécution de la commande suivante afin de configurer automatiquement eth0 :

$ sudo ifup eth0=$(echo -e '<script_entrée1> \n <script_entrée2> \n ...' | <nom_script> eth0)

Ici, les lignes d’entrée du script contenant « map » sont facultatives et peuvent être répétées.

[Note] Note

Le motif générique (glob) pour l’entrée mapping fonctionne comme les motifs génériques des noms de fichiers de l’interpréteur de commandes (consultez Section 1.5.6, « Motifs génériques (« glob ») de l’interpréteur de commandes »).

Voici comment commuter manuellement entre plusieurs configurations de réseau sans réécrire le fichier « /etc/network/interfaces » comme dans Section 5.5.13, « Configuration réseau de base ».

Créez un paragraphe distinct dans le fichier « /etc/network/interfaces » pour chaque configuration de réseau auquel vous souhaitez accéder, comme dans les exemples suivants :

auto lo
iface lo inet loopback

iface config1 inet dhcp

iface config2 inet static
 address 192.168.11.100
 netmask 255.255.255.0
 gateway 192.168.11.1
 dns-domain example.com
 dns-nameservers 192.168.11.1

iface pppoe inet manual
 pre-up /sbin/ifconfig eth0 up
 up ifup ppp0=dsl
 down ifdown ppp0=dsl
 post-down /sbin/ifconfig eth0 down

# Ce qui suit n'est utilisé que de manière interne
iface dsl inet ppp
 provider fai_adsl

iface pots inet ppp
 provider fai

Vous remarquez que le nom de configuration de réseau qui est l’élément suivant iface n’utilise pas l’élément pour le nom d’interface réseau. Notez aussi qu’il n’y a pas d’entrée auto ni d’entrée allow-hotplugpour démarrer automatiquement l’interface réseau eth0 sur événement.

Vous êtes maintenant prêt à commuter la configuration de votre réseau.

Déplaçons votre PC vers un réseau local desservi par DHCP. Vous activez l’interface réseau (l’interface physique) eth0 en lui assignant le nom de configuration réseau (le nom de l’interface logique) config1 de la manière suivante :

$ sudo ifup eth0=config1
Password:
...

L’interface eth0 est active, configurée par DHCP et connectée au réseau local.

$ sudo ifdown eth0=config1
...

L’interface eth0 est inactive et déconnectée du réseau local.

Déplaçons votre PC vers un réseau local avec une adresse IP fixe. Vous activez l’interface réseau eth0 en lui assignant le nom de configuration réseau config2 de la manière suivante :

$ sudo ifup eth0=config2
...

L’interface eth0 est active, configurée avec une IP statique et connectée au réseau local. Les paramètres supplémentaires donnés sous la forme dns-* configurent le contenu de « /etc/resolv.conf ». Ce fichier « /etc/resolv.conf » est mieux géré si le paquet resolvconf est installé.

$ sudo ifdown eth0=config2
...

L’interface eth0 est de nouveau inactive et déconnectée du réseau local.

Déplaçons votre PC sur le port d’un modem large bande connecté au service par PPPoE. Vous activez l’interface réseaueth0 en lui assignant le nom de configuration réseau pppoe de la manière suivante :

$ sudo ifup eth0=pppoe
...

L’interface eth0 est active, configurée avec une connexion PPPoE, directement vers le FAI.

$ sudo ifdown eth0=pppoe
...

L’interface eth0 est de nouveau désactivée et déconnectée.

Déplaçons votre PC à un emplacement sans réseau local et sans modem large bande mais avec un POTS et un modem (modem sur le réseau commuté). Vous activez l’interface réseau ppp0 en lui assignant le nom de configuration réseau pots de la manière suivante :

$ sudo ifup ppp0=pots
...

L’interface ppp0 est active et connectée à Internet par PPP.

$ sudo ifdown ppp0=pots
...

L’interface ppp0 est inactive et déconnectée d’Internet.

Vous devriez vérifier l’état actuel de la configuration du réseau du système ifupdown dans le fichier « /etc/network/run/ifstate ».

[Avertissement] Avertissement

Il se peut que vous ayez besoin d’ajuster le nombre à la fin de eth*, ppp*, etc. si vous avez plusieurs interfaces réseau.

Le système ifupdown lance automatiquement les scripts qui sont installés dans « /etc/network/*/ » en exportant les variables d’environnement vers les scripts.


Ici, chaque variable d’environnement, « $IF_<OPTION>  », est créée à partir du nom de l’option correspondante comme <option1> et <option2> en les préfixant avec « $IF_ », et en convertissant la casse en majuscules, en remplaçant les tirets (« - ») par des tirets soulignés (« _ ») et en supprimant les caractères non alphanumériques.

[Astuce] Astuce

Consultez Section 5.5.2, « Syntaxe de base de « /etc/network/interfaces » » pour <famille_adresse>, <nom_méthode>, <option1> et <option2>.

Le paquet ifupdown-extra (consultez Section 5.5.14, « La paquet ifupdown-extra ») utilise ces variables d’environnement pour étendre les fonctionnalités du paquet ifupdown. Le paquet ifmetric (consultez Section 5.6.2, « Le paquet ifmetric ») installe le script « /etc/network/if-up.d/ifmetric » qui définit la métrique par l’intermédiaire de la variable « $IF_METRIC ». Le paquet guessnet (consultez Section 5.6.8, « Cartographie réseau avec guessnet »), qui fournit une ossature simple et puissante pour la sélection automatique de la configuration du réseau par le mécanisme de cartographie de réseau (« mapping »), les utilise aussi.

[Note] Note

Pour des exemples plus spécifiques de scripts personnalisés de configuration du réseau en utilisant les variables d’environnement, vous pouvez consulter les scripts d’exemples se trouvant dans « /usr/share/doc/ifupdown/examples/* » et les scripts utilisés dans les paquets ifscheme et ifupdown-scripts-zg2. Ces scripts supplémentaires ont des fonctionnalités qui se chevauchent un peu avec les paquets de base ifupdown-extra et guessnet. Si vous installez ces scripts supplémentaires, vous devrez les personnaliser afin d’éviter des interférences.

Plutôt que de choisir manuellement la configuration comme il est décrit dans la Section 5.6.6, « Configuration réseau commutable manuellement », vous pouvez utiliser le mécanisme de cartographie réseau décrit dans la Section 5.6.5, « L’entrée « mapping » » pour sélectionner automatiquement la configuration du réseau à l’aide de scripts personnalisés.

La commande guessnet-ifupdown(8) fournie par le paquet guessnet est conçue pour être utilisée comme script de cartographie réseau et fournit une infrastructure puissante pour améliorer le système ifupdown.

  • Vous listez la condition de test comme valeur des options de guessnet pour chacune des configurations de réseau de l’entrée iface.

  • La cartographie du réseau choisit la première entrée iface donnant un résultat qui ne soit pas en erreur comme configuration du réseau.

Cette double utilisation du fichier « /etc/network/interfaces » par le script de mapping, guessnet-ifupdown et l’infrastructure d’origine de configuration du réseau, ifupdown, n’a pas d’impact négatif car les options de guessnet n’exportent que des variables d’environnement supplémentaires vers les scripts lancés par le système ifupdown. Consultez guessnet-ifupdown(8) pour davantage d’informations.

[Note] Note

Lorsqu’il est nécessaire d’avoir plusieurs lignes d’options de guessnet dans « /etc/network/interfaces », utilisez les lignes d’options commençant par guessnet1, guessnet2 et ainsi de suite, car le paquet ifupdown n’autorise pas que les chaînes de caractères de début des lignes d’options soient dupliquées.

Vous pouvez utiliser de manière sûre les commandes de réseau de bas niveau de la manière suivante car elles ne modifient pas la configuration du réseau :


[Astuce] Astuce

Certains de ces outils de configuration du réseau se trouvent dans « /sbin/ ». Il vous faudra peut-être utiliser le chemin complet vers la commande comme « /sbin/ifconfig » ou ajouter « /sbin » à la liste « $PATH » dans votre fichier « ~/.bashrc »

L’optimisation générique du réseau est en dehors des buts de cette documentation. Je ne parle que des sujets pertinents pour une connexion de l’utilisateur grand public.


La valeur du Maximum Transmission Unit (MTU) (Unité de transmission maximum) peut être déterminée expérimentalement par ping(8) avec l’option « -M do » qui envoie des paquets ICMP dont la taille commence par 1500 (avec un décalage de 28 octets pour l’en-tête IP+ICMP) et recherche la taille la plus grande sans fragmentation d’IP.

Essayez, par exemple, ce qui suit :

$ ping -c 1 -s $((1500-28)) -M do www.debian.org
PING www.debian.org (194.109.137.218) 1472(1500) bytes of data.
From 192.168.11.2 icmp_seq=1 Frag needed and DF set (mtu = 1454)

--- www.debian.org ping statistics ---
0 packets transmitted, 0 received, +1 errors

Essayez 1454 à la place de 1500

Vous voyez que ping(8) a réussi avec 1454.

Ce processus est la découverte du chemin MTU (PMTU) (RFC1191) et la commande tracepath(8) peut l’automatiser.

[Astuce] Astuce

L’exemple ci-dessus avec une valeur de PMTU de 1454 correspond à mon fournisseur FTTP précédent qui utilisait Asynchronous Transfer Mode (ATM) comme réseau fédérateur (« backbone ») et servait ses clients avec PPPoE. La valeur réelle de PMTU dépend de votre environnement, par exemple, 1500 avec mon nouveau fournisseur FTTP.


En plus de ces lignes directrices, vous devriez savoir ce qui suit :

  • Toute utilisation d’une méthode de tunneling (VPN, etc.) peut réduire le MTU optimal en raison de la surcharge qu’elle engendre.

  • La valeur de MTU ne doit pas excéder la valeur expérimentale déterminée de PMTU .

  • La valeur de MTU la plus élevée est généralement meilleure lors que les autres limitations sont remplies.

Voici des exemples de définition de la valeur de MTU à partir de ses valeurs par défaut 1500 à 1454.

Pour le DHCP (consultez Section 5.5.4, « Interfaces réseau gérées par DHCP »), vous pouvez remplacer les lignes d’entrée iface pertinentes du fichier « /etc/network/interfaces » avec ce qui suit :

iface eth0 inet dhcp
 pre-up /sbin/ifconfig $IFACE mtu 1454

Pour une IP statique (consultez Section 5.5.5, « Interface réseau avec une adresse IP fixe »), vous pouvez remplacer les lignes d’entrées iface pertinentes du fichier « /etc/network/interfaces » avec ce qui suit :

iface eth0 inet static
 address 192.168.11.100
 netmask 255.255.255.0
 gateway 192.168.11.1
 mtu 1454
 dns-domain example.com
 dns-nameservers 192.168.11.1

Pour une connexion PPPoE directe (consultez Section 5.4.5, « La connexion PPPoE avec pppoeconf »), vous pouvez remplacer la ligne « mtu » pertinente du fichier « /etc/ppp/peers/dsl-provider » par ce qui suit :

mtu 1454

La taille maximum de segment (MSS : « maximum segment size ») est utilisée comme mesure de remplacement de la taille des paquets. La relation entre MSS et MTU est la suivante :

  • MSS = MTU - 40 pour IPv4

  • MSS = MTU - 60 pour IPv6

[Note] Note

Les optimisations basées sur iptables(8) (consultez Section 5.9, « Infrastructure de netfilter ») peuvent limiter la taille des paquets au MSS, ce qui est utile pour le routeur. Consultez "TCPMSS" dans iptables(8).

Le débit de TCP peut être maximisé en ajustant les paramètres de taille de tampon TCP comme cela est décrit dans « Guide de réglage de TCP » (« TCP Tuning Guide ») et « réglage de TCP » (« TCP tuning ») pour les réseaux WAN modernes de haut débit et de faible latence. À ce jour, les paramètres par défaut de Debian fonctionnent bien même lorsque mon réseau local est connecté par l’intermédiaire d’un service rapide sur fibre optique (FTTP) à 1Gb/s.

Netfilter fournit l’infrastructure pour un pare-feu dynamique (« stateful firewall ») et la traduction d’adresses réseau (NAT) (« network address translation ») avec des modules du noyau de Linux (consultez Section 3.3.1, « Initialisation des modules du noyau »).


L’outil netfilter principal de l’espace utilisateur est iptables(8). Vous pouvez configurer vous-même netfilter de manière interactive depuis l’interpréteur de commandes, enregistrer son état avec iptables-save(8) et le restaurer par l’intermédiaire d’un script d’init avec iptables-restore(8) lors du redémarrage du système.

Des scripts d’assistant tels que shorewall facilitent ce processus.

Consultez les documentations se trouvant sur http://www.netfilter.org/documentation/ (ou dans « /usr/share/doc/iptables/html/ »).

[Astuce] Astuce

Bien qu’elles aient été écrites pour Linux 2.4, la commande iptables(8) et la fonction netfilter du noyau s’appliquent toutes deux aux séries 2.6 et 3.x du noyau Linux.