Préface

Table des matières

1. Clause de non responsabilité
2. Ce qu’est Debian
3. À propos de ce document
3.1. Règles
3.2. Exigences de départ
3.3. Conventions
3.4. Le concours de popularité (« popcon »)
3.5. Taille du paquet
3.6. Signalements de bogues concernant ce document
4. Quelques citations pour les nouveaux utilisateurs

Cette Référence Debian (version 2) (2014-10-19 13:41:35 UTC) est destinée à fournir un large aperçu de l’administration d’un système Debian, sous la forme d’un guide « post-installation » de l’utilisateur.

Le lecteur cible est quelqu’un qui désire apprendre les scripts de l’interpréteur de commandes mais qui ne souhaite pas lire tous les sources en C pour comprendre le fonctionnement du système GNU /Linux.

Toute garantie est rejetée. Toutes les marques déposées sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.

Le système Debian lui-même est une cible mouvante. Cela rend difficile le maintien à jour et l’exactitude de sa documentation. Bien que la version instable (« unstable ») du système Debian ait été utilisée pour écrire ce document, certaines parties peuvent être dépassées au moment où vous lisez cela.

Veuillez prendre ce document comme une référence secondaire. Ce document ne remplace aucun des guides autorisés. L’auteur et les contributeurs ne pourront être tenus pour responsables des conséquences des erreurs, omissions ou ambiguïtés que comporte ce document.

Le Projet Debian est une association de personnes qui ont fait cause commune afin de créer un système d’exploitation libre. Sa distribution est caractérisée par :

  • un engagement dans la liberté du logiciel : Le contrat social Debian et les Lignes directrices du logiciel libre selon Debian (DFSG) ;

  • un effort distribué, volontaire et bénévole, basé sur Internet : http://www.debian.org ;

  • un grand nombre de logiciels de grande qualité et déjà compilés ;

  • l’accent sur la stabilité et la sécurité avec un accès facile aux mises à jour de sécurité ;

  • l’accent sur une mise à niveau en douceur vers les dernières versions des logiciels par l’utilisation des archives unstable et testing ;

  • la prise en charge d’un grand nombre d’architectures matérielles.

Free Software pieces in Debian come from GNU, Linux, BSD, X, ISC, Apache, Ghostscript, Common Unix Printing System , Samba, GNOME, KDE, Mozilla, LibreOffice, Vim, TeX, LaTeX, DocBook, Perl, Python, Tcl, Java, Ruby, PHP, Berkeley DB, MariaDB, PostgreSQL, SQLite, Exim, Postfix, Mutt, FreeBSD, OpenBSD, Plan 9 and many more independent free software projects. Debian integrates this diversity of Free Software into one system.

[Avertissement] Avertissement

On attend de vous que vous fassiez des efforts pour rechercher des réponses par vous-même au-delà de cette documentation. Ce document ne donne que des points de départs efficaces.

Vous devez chercher vous-même une solution dans les sources primaires :

[Note] Note

Pour accéder à une documentation détaillée, vous devrez installer les paquets de documentation qui correspondent au nom du paquet avec le suffixe « -doc ».

Ce document fournit des informations en utilisant le style de présentation simplifié suivant, avec des exemples de commandes de l’interpréteur bash(1) :

# <commande avec le compte root>
$ <commande avec le compte d'un utilisateur>

Ces invites de l’interpréteur de commandes permettent de distinguer le compte utilisé et correspondent à la définition des variables d’environnement « PS1='\$' » et « PS2=' ' ». Ces valeurs ont été choisies pour ce document dans un but de lisibilité, elles ne sont pas représentatives d’un système réel.

[Note] Note

Consultez la signification des variables d’environnement « $PS1 » et « $PS2 » dans bash(1).

L’action demandée à l’administrateur du système est écrite sous forme d’une phrase impérative, par exemple « Pressez la touche Entrée après la saisie de chaque chaîne de commande dans l’interpréteur de commandes. »

La colonne de description ou similaire dans le tableau peut contenir une locution nominale selon la convention de description courte du paquet qui supprime les articles se trouvant en tête tels que  « un » et « le » (« a », « the »). Elle peut contenir une phrase à l’infinitif comme locution nominale sans le « to » de tête (NdT : en français, une phrase impérative commençant par un verbe à l’infinitif), suivie de la description courte de la commande selon la convention des pages de manuel. Cela peut sembler bizarre à certaines personnes mais ce sont les choix voulus par l’auteur afin de garder cette documentation la plus simple possible. Ces locutions nominales, selon cette convention de description courte, n’ont pas de majuscule à la première lettre et ne se terminent pas par un point.

[Note] Note

Les noms propres, y compris les noms de commandes, gardent leur casse indépendamment de l’endroit où ils se trouvent.

Un morceau de commande cité dans le paragraphe d’un texte sera signalé par une police « typewriter » (machine à écrire) entre guillemets, comme par exemple « aptitude safe-upgrade ».

Les données textuelles d’un fichier de configuration citées dans un paragraphe seront signalées par une police de type machine à écrire entre guillemets, comme par exemple « deb-src ».

Une commande sera indiquée par son nom dans la police machine à écrire suivi, de manière facultative, par le numéro de section de la page de manuel entre parenthèses, comme par exemple bash(1). Vous êtes encouragé à rechercher des informations complémentaires en entrant :

$ man 1 bash

Une page de manuel est indiquée par son nom dans la police machine à écrire suivie, entre parenthèses, du numéro de la section de la page de manuel, comme par exemple, sources.list (5). Vous êtes encouragé à rechercher des informations complémentaires en entrant :

$ man 5 sources.list

Une page info est indiquée par un fragment entre guillemets de la commande correspondante dans la police machine à écrire, comme par exemple, « info make ». Vous êtes encouragé à rechercher des informations complémentaires en entrant :

$ info make

Un nom de fichier est indiqué par une police machine à écrire entre guillemets, comme par exemple, « /etc/passwd ». En ce qui concerne les fichiers de configuration, vous êtes encouragé à rechercher des informations complémentaires en entrant :

$ sensible-pager "/etc/passwd"

Un nom de répertoire est indiqué par la police machine à écrire entre guillemets, comme par exemple, « /etc/init.d/ ». Vous êtes encouragé à explorer son contenu en entrant :

$ mc "/etc/init.d/"

Un nom de paquet est indiqué par son nom dans la police machine à écrire, comme par exemple vim. Vous êtes encouragé à rechercher des informations complémentaires en entrant :

$ dpkg -L vim
$ apt-cache show vim
$ aptitude show vim

On peut indiquer l’emplacement d’une documentation par son nom de fichier dans la police machine à écrire entre guillemets, comme par exemple « /usr/share/doc/sysv-rc/README.runlevels.gz » et « /usr/share/doc/base-passwd/users-and-groups.html » ou par son URL, comme par exemple http://www.debian.org. Vous êtes encouragé à lire la documentation en entrant :

$ zcat "/usr/share/doc/sysv-rc/README.runlevels.gz" | sensible-pager
$ sensible-browser "/usr/share/doc/base-passwd/users-and-groups.html"
$ sensible-browse "http://www.debian.org"

Une variable d’environnement est indiquée par son nom précédé d’un « $ » dans la police machine à écrire entre guillemets, comme par exemple « $TERM ». Vous êtes encouragé à obtenir sa valeur actuelle en entrant :

$ echo "$TERM"

Les données du popcon sont présentées comme une manière objective de mesurer la popularité de chaque paquet. Elles sont téléchargées depuis 2014-10-19 13:14:29 UTC et contiennent un total de 173742 soumissions de rapports pour 143890 paquets binaires et 25 architectures.

[Note] Note

Vous remarquerez que l’archive amd64 unstable ne contient actuellement que 44893 paquets. Les données de popularité contiennent des rapports venant de nombreuses installations anciennes.

Le numéro de « popcon », précédé par un « V: » pour « votes », est calculé par « 1000 * (soumissions popcon pour le paquet exécuté récemment sur le PC)/(nombre total des soumissions popcon) ».

Le numéro de « popcon », précédé par un « I: » pour « installations », est calculé par « 1000 * (soumissions popcon pour le paquet installé sur le PC)/(nombre total des soumissions popcon) ».

[Note] Note

Les données numériques de popcon ne doivent pas être considérées comme des mesures absolues de l’importance des paquets. Il y a de nombreux facteurs qui peuvent fausser les statistiques. Par exemple, certains systèmes participant au popcon ont monté des répertoires tels que « /bin » avec l’option « noatime » afin d’améliorer les performances du système et ont, de ce fait, désactivé le « vote » de tels systèmes.

Les données correspondant à la taille du paquet sont aussi présentées comme une mesure objective de chacun des paquets. Elles sont basées sur « Installed-Size: » (« taille installée ») indiquée par la commande « apt-cache show » ou « aptitude show  » (actuellement sur l’architecture amd64 et pour la version unstable). La taille est indiquée en Kio (kibioctet = unité pour 1024 octets).

[Note] Note

Si un paquet a une taille de faible valeur numérique, cela peut vouloir dire que le paquet de la version unstable est un paquet « dummy » qui permet l’installation par dépendances d’autres paquets ayant un contenu significatif. Un paquet dummy permet une transition en douceur ou un éclatement du paquet.

[Note] Note

Une taille de paquet suivie de « (*) » indique que la version unstable du paquet est absente et que la taille du paquet venant de la version experimental a été utilisée en remplacement.

Voici quelques citations intéressantes venant de la liste de diffusion Debian et qui peuvent aider les nouveaux utilisateurs à y voir plus clair :

  • « This is UNIX. It gives you enough rope to hang yourself. » --- Miquel van Smoorenburg <miquels@cistron.nl> (C’est UNIX. Il vous donne assez de corde pour vous pendre vous-même).

  • « UNIX IS user friendly... It's just selective about who its friends are. » --- Tollef Fog Heen <tollef@add.no> (UNIX est l’ami de l’utilisateur… Il choisit juste qui sont ses amis).

L’article Wikipédia « Philosophie d’Unix » contient une liste de citations intéressantes.