Les traductions

Une fois que vous vous sentez prêt à vous lancer dans la traduction et que vous avez choisi votre document, voici quelques éléments dont il faut toujours tenir compte.

Éviter les doublons

Avant de commencer la traduction du document à proprement parler, il convient toujours de s'assurer que personne d'autre ne travaille déjà dessus. Pour cela, il faut poster sur la liste un message dont le titre commence par [itt] indiquant ce que vous avez l'intention de faire. S'il n'y a pas de réaction au bout d'un certain temps (de un à trois jours en fonction de l'importance du document), c'est que personne ne traduit encore ce texte, et vous pouvez vous lancer.

Demander des relectures

Après la traduction, et avant de publier vraiment le fruit de votre travail, il faut le poster sur la liste avec un message dont le titre commence par [rfr] pour relecture. Le document doit être posté tel quel en attaché. Il serait aussi pratique de positionner le type MIME en text/plain avec un encodage favorisant une intervention directe comme le 8 bits (évitez l'uuencodage si possible). Si vous êtes sous Linux, créez un fichier $HOME/.mime.types contenant text/plain wml diff patch devrait suffire.

Gérer les relectures

Les relecteurs vont vous envoyer, soit en privé, soit sur la liste, des suggestions de correction sous la forme de rustine (patch) ou autre. Pendant un jour ou deux, vous collectez les commentaires des différents relecteurs ; si vous êtes d'accord avec les corrections proposées, vous les incorporez. En cas de désaccord avec un relecteur, vous devez essayer de trouver une solution avec lui. Vous ne pouvez pas simplement ignorer son travail et passer à autre chose. Ça prend un peu de temps, mais nous ne sommes pas pressés. Si vous ne parvenez pas à trouver un compromis avec lui, demandez un arbitrage sur la liste.

Pour intégrer les relectures reçues sous forme de rustine, la méthode recommandée est d'utiliser systématiquement la commande patch de la manière suivante : patch fichier_original relecture.diff. Ensuite, éditez fichier_original et corrigez toutes les modifications de la relecture qui ne vous conviennent pas. Cette méthode est nécessaire afin de n'oublier aucune correction, surtout lorsque celles-ci sont très peu visibles. La faute commise la plus fréquemment est en effet l'oubli d'une correction lorsque deux corrections sont présentes sur la même ligne.

Clore le cycle des relectures, ou relancer un nouveau cycle

Si vous ne recevez que peu de relectures, vous postez le document corrigé dans un message dont le titre commence par [lcfc] pour que chacun puisse voir la version finale. Si vous avez reçu de nombreuses relectures, ou si le document original a changé pendant le cycle de relecture, vous pouvez poster la nouvelle version avec un titre commençant par [rfr2] pour l'indiquer.

Publier le document pour les utilisateurs

Traduire est une chose, mais si les utilisateurs ne peuvent pas trouver le document traduit, cela ne sert à rien. Chaque sous-projet a des contraintes techniques différentes imposant des méthodes de publication différentes. Référez-vous à la page de chaque sous-projet pour plus de détails.

Assurer le suivi des traductions

Debian est continuellement en mouvement, et contrairement à ce qu'on pourrait penser, le plus difficile n'est pas de traduire ou de relire un document, mais de s'assurer que la traduction est à jour, et la modifier quand ce n'est plus le cas. Certains sous-projets ont mis en place des mécanismes de notification automatique pour cela, mais pas tous. Dans tous les cas, si vous ne souhaitez plus maintenir une traduction, il est très important que vous le signaliez publiquement afin que d'autres puissent prendre la relève.

Les choses à savoir

Le format des fichiers à traduire

Tous les textes et fichiers à manipuler sont des fichiers ASCII ou encodés en utf-8. Un éditeur de textes est donc largement suffisant (nous vous laissons le choix), même si pour certains sous-projets il est préférable d'utiliser un outil dédié.

S'il vous arrivait de mal encoder un fichier (en général, utiliser iso-8859-1 ou iso-8859-15 au lieu d'utf-8), le programme iconv vous évitera bien du travail de correction. Pour l'utiliser, entrez simplement iconv -f iso-8859-15 -t utf-8 fichier_en_iso > nouveau_fichier. Le fichier nouveau_fichier sera le fichier à envoyer. Renommez-le correctement avant de le faire.

La typographie

La typographie française est bien plus difficile qu'elle n'en a l'air. Une page résume l'ensemble des règles typographiques de base.

Debian est une femme

Bien que l'on doive bien sûr parler de Debian GNU/Linux, et ne pas faire précéder Debian d'un quelconque article défini ou non, on accordera les participes passés ainsi que les adjectifs qualifiant Debian au féminin, faisant ainsi par défaut de Debian une entité féminine.

La boîte à outils

Même si cela semble une évidence, il est toujours bon de le rappeler : toute traduction doit, avant d'être envoyée, être analysée par un correcteur orthographique. Les programmes ispell et aspell sont fournis avec votre distribution Debian GNU/Linux. Ces programmes sont très facile à installer et à configurer pour le français afin d'éliminer un maximum de fautes d'orthographe.

D'autres outils sont présents dans Debian pour aider le traducteur. On citera par exemple acheck (et bien sûr acheck-rules-fr).

Liens complémentaires pour la traduction