Chapitre 8. Internationalisation et traduction

Table des matières

8.1. Gestion des traductions au sein de Debian
8.2. FAQ I18N et L10N pour les responsables
8.2.1. Comment faire en sorte qu'un texte soit traduit
8.2.2. Comment faire en sorte qu'une traduction donnée soit relue
8.2.3. Comment faire en sorte qu'une traduction donnée soit mise à jour
8.2.4. Comment gérer un rapport de bogue concernant une traduction
8.3. FAQ I18N et L10N pour les traducteurs
8.3.1. Comment aider l'effort de traduction
8.3.2. Comment fournir une traduction pour inclusion dans un paquet
8.4. Meilleures pratiques actuelles concernant la l10n

Debian prend en charge un nombre toujours croissant de langues naturelles. Même si l'anglais est votre langue maternelle et que vous ne parlez pas d'autre langue, il est de votre devoir de responsable d'être conscient des problèmes d'internationalisation (abrégé en i18n à cause des 18 lettres entre le « i » et le « n » de « internationalisation »). C'est pourquoi, même si des programmes seulement en anglais vous suffisent, vous devriez lire la majeure partie de ce chapitre.

Selon l'introduction à l'i18n de Tomohiro KUBOTA, « I18N (internationalisation) signifie la modification d'un logiciel ou des technologies liées pour que ce logiciel puisse potentiellement gérer plusieurs langues, la personnalisation et ainsi de suite dans le monde entier » alors que « L10N (localisation) signifie l'implémentation dans une langue spécifique pour un logiciel déjà internationalisé ».

La l10n et l'i18n sont interconnectées, mais les difficultés liées à chacune sont très différentes. Il n'est pas vraiment difficile de permettre à un programme de changer la langue dans laquelle sont affichés les textes selon les paramètres de l'utilisateur, mais il est très coûteux en temps de traduire réellement ces messages. D'un autre côté, définir le codage des caractères est trivial, mais adapter le code pour utiliser des codages de caractères différents est un problème vraiment difficile.

En laissant de côté les problèmes d'i18n pour lesquels il n'existe pas de règle générale, il n'y a pas actuellement d'infrastructure centralisée pour la l10n dans Debian qui puisse être comparée au mécanisme buildd pour le portage. Le plus gros du travail doit donc être réalisé manuellement.

La gestion des traductions des textes contenus dans un paquet est encore une tâche manuelle et le processus dépend du type de texte que vous désirez voir traduit.

For program messages, the gettext infrastructure is used most of the time. Most of the time, the translation is handled upstream within projects like the Free Translation Project, the GNOME Translation Project or the KDE Localization project. The only centralized resources within Debian are the Central Debian translation statistics, where you can find some statistics about the translation files found in the actual packages, but no real infrastructure to ease the translation process.

Un effort pour traduire les descriptions de paquet a démarré il y a longtemps, même si les outils fournissent très peu de prise en charge pour les utiliser vraiment (seul APT peut les utiliser une fois configuré convenablement). Les responsables n'ont rien à faire de particulier pour gérer les traductions des descriptions de paquets ; les traducteurs devraient utiliser le projet de traduction de descriptions de Debian (DDTP).

Pour les questionnaires debconf, les responsables devraient utiliser le paquet po-debconf pour faciliter le travail des traducteurs, qui peuvent utiliser le DDTP pour faire leur travail (mais les équipes française et brésilienne ne le font pas). Certaines statistiques sont disponibles à la fois sur le site du DDTP (à propos de ce qui est vraiment traduit) et sur le centre de traduction de Debian (à propos de ce qui est intégré dans les paquets).

Pour les pages web, chaque équipe l10n a accès au système de gestion de versions correspondant et les statistiques sont disponibles sur le site des statistiques de traduction Debian centralisées.

Pour la documentation globale à propos de Debian, le processus est plus ou moins le même que pour les pages web (les traducteurs ont accès au système de gestion de versions), mais il n'y a pas de page de statistiques.

Pour la documentation spécifique aux paquets (pages de manuel, documents info, autres formats), presque tout est encore à faire.

En particulier, le projet KDE gère la traduction de ses documentations de la même façon que ses messages de programme.

Voici une liste des problèmes que les responsables peuvent rencontrer concernant l'i18n et la l10n. Lorsque vous lirez cela, gardez à l'esprit qu'il n'y a pas de consensus sur ces points au sein de Debian et que ce ne sont que des conseils. Si vous avez une meilleure idée pour un problème donné ou si vous êtes en désaccord avec certains points, vous êtes libre de fournir vos impressions pour que ce document puisse être amélioré.

Lorsque vous lirez cela, gardez à l'esprit qu'il n'y a pas de procédure générale dans Debian concernant ces points et que, dans tous les cas, vous devriez collaborer avec votre équipe et les responsables des paquets.

  • En tant que responsable, ne modifiez jamais les traductions en aucune façon (même pour reformater l'affichage) sans demander à la liste de diffusion l10n correspondante. Vous risquez, par exemple, de casser l'encodage du fichier en agissant ainsi. De plus, ce que vous considérez comme une erreur peut être correct (ou même nécessaire) pour une langue donnée.

  • En tant que traducteur, si vous trouvez une erreur dans le texte d'origine, assurez-vous de l'indiquer. Les traducteurs sont souvent les lecteurs les plus attentifs d'un texte donné et s'ils ne signalent pas les erreurs découvertes, personne ne le fera.

  • Dans tous les cas, rappelez-vous que le problème principal avec la l10n est qu'elle demande la coopération de plusieurs personnes et qu'il est très facile de démarrer une guerre incendiaire à propos de petits problèmes dûs à des incompréhensions. Donc, si vous avez des problèmes avec votre interlocuteur, demandez de l'aide sur la liste de diffusion l10n correspondante, sur debian-i18n ou même sur debian-devel (attention, cependant, les discussions sur la l10n tournent très souvent à l'incendie sur cette liste :)

  • En tous cas, la coopération ne peut être atteinte qu'avec un respect mutuel.