Programme de Moshe Zadka

Programme

Do nothing unless you must, and when you must act -- hesitate. (Isaac Asimov, Foundation's Edge)

Ne faites rien sans y être obligé, et lorsque vous devez agir, hésitez. (Isaac Asimov, Fondation foudroyée)

Généralités

En tant que responsable du projet Debian, je promets de faire le moins de choses possibles. Si un poste de délégué a besoin d'être attribué, j'essayerai de trouver quelqu'un qui fasse autant consensus que possible. En dehors de cela, je n'essayerai pas de créer de nouvelles positions, ni d'avancer vers de nouvelles directions dans Debian. Je crois fermement que Debian survit et prospère grâce aux gens qui font le travail au quotidien, et ce sont eux qui méritent le plus de respect. Ainsi, je laisserai chaque délégué travailler dans son coin en fonction de ses souhaits, et ne ferai pas de gestion à sa place.

Le responsable du projet Debian, je pense, est principalement présent pour représenter le projet dans le monde extérieur. En cette qualité, pour toute fonction liée au logiciel libre (que se soit une conférence, une manifestation commerciale ou autre), tout développeur Debian qui souhaiterait se porter volontaire pour représenter Debian obtiendra de moi une position ad hoc pour représenter Debian. Je crois fermement que tout développeur Debian peut correctement représenter les intérêts de Debian.

SPI

Apparemment, il y a des élections à SPI. Je ne peux pas prédire, et ne le voudrais pas, qui va gagner. Je peux promettre que je m'assurerai que le trésorier, qui que ce soit, n'utilisera pas des fonds destinés à Debian d'autres besoins. Tout ce que SPI fait d'autre ne regarde que les membres et le conseil d'administration de SPI, et en tant que responsable du projet Debian je les laisserai gérer SPI comme ils l'entendent.

Debian

Pour moi, Debian est un système d'exploitation. C'est, quand j'y pense, le seul système d'exploitation qui satisfasse mes critères minimums : il est portable, il est complet et il est gratuit. J'espère sincèrement que Debian continuera à être un bon système d'exploitation et même qu'il s'améliorera : en ayant moins de bogues, en ayant plus de paquets et en fonctionnant sur plus de plates-formes et de systèmes d'exploitation. Je réalise complètement que le responsable du projet Debian a très peu d'effet sur les différents efforts pour cela, et donc la seule promesse de campagne que je puisse faire est de ne pas encombrer le chemin des bonnes personnes qui font ce travail.

Plus que cela, j'essayerai, autant que me le permettra ma position de responsable du projet Debian, d'écarter les autres personnes du chemin des personnes utiles. Je refuserai de laisser Debian devenir une organisation générique pour le logiciel libre ou contre les brevets logiciels. Les développeurs individuels sont libres, bien sûr, de rejoindre de telles organisations, comme l'EFF et la FSF : moi-même, j'aide ses organisations de tout mon cœur. En fait, je crois que l'EFF et la FSF font leur travail admirablement, et je n'essayerai pas de mettre Debian en compétition avec elles.

IRC

La guerre entre Freenode et OFTC fait rage depuis plusieurs mois. Rétrospectivement, je crois que pointer irc.debian.org vers un réseau sur lequel nous n'avons aucun contrôle (et donc, aucun attachement naturel) a été une erreur. Quoi qu'il en soit, ce qui est fait est fait : nos utilisateurs s'attendent désormais à trouver un canal #debian utile lorsqu'ils se connectent à irc.d.o. Dans le but de ne pas rendre une mauvaise situation encore pire, je pense qu'il serait utile de garder irc.d.o pointé vers Freenode. Et s'il arrivait, mais il n'y a aucune raison de le penser, que Freenode passe au-dessous d'un certain seuil d'utilité (par exemple en arrêtant d'exister), j'encouragerai la redirection d'irc.d.o vers OFTC. Si cela arrivait, je ferais appel à la communauté Debian, par une résolution générale, pour savoir ce que devrait devenir irc.d.o sur le long terme.

Anglais

Comme certains d'entre vous le savent sans doute, je ne suis pas anglophone de naissance, et je viens d'un pays ou l'anglais n'est pas une langue officielle. Quoi qu'il en soit, je pense qu'il est important que tous les développeurs Debian soient capable de communiquer. Ainsi, je pense que le développement dans Debian devrait continuer à être fait en anglais. Je crains qu'essayer de pourvoir aux besoins d'autres langues à l'intérieur du processus de développement de Debian ne conduise à la fragmentation du travail et à une mauvaise communication. Cela étant dit, je soutiens les efforts de traduction. Les utilisateurs de Debian ne devraient pas devoir apprendre l'anglais simplement pour l'utiliser. De plus, si les traducteurs souhaitent avoir un service de traduction des rapports de bogues, ils sont les bienvenus.

Réfutation

Les candidats parlent tous des choses merveilleuses qu'ils pourraient faire en tant que responsable du projet Debian en oubliant une chose : le responsable du projet Debian n'a que très peu de pouvoir d'après la constitution. Si nous voulons voter pour une « médaille du mérite Debian », ou pour la « chose qui est certainement la plus urgente pour Debian », alors je ne suis pas le meilleur candidat. Quoi qu'il en soit, j'ai la conviction que ce n'est pas cela : nous votons pour un administrateur susceptible de prendre les responsabilités que la constitution a placé dans les mains du responsable du projet Debian. Ainsi, c'est peut-être le terme « responsable » qui porte à confusion : en fait, ce que la constitution défini devrait plutôt s'appeler l'« administrateur du projet Debian ». Je ne pense pas que le but du responsable du projet Debian soit de donner des orientations techniques : de telles orientations viennent directement de la communauté des développeurs (par exemple, le projet Debian sur le poste de travail, ou le projet de l'installateur Debian). Je ne pense pas que le but du responsable du projet Debian soit de résoudre la plupart des conflits : la plupart peuvent très bien rester sans solution ou être résolus par le comité technique. Je n'arrive pas à voir pourquoi Martin Michlmayr, que j'apprécie beaucoup, ne peut pas coordonner et motiver les gens sans être responsable du projet Debian. Après tout, en tant que responsable du projet Debian, il n'obtiendra pas de pouvoir de coordination. Je n'arrive pas voir pourquoi Bdale ne peut pas soutenir différentes versions, l'internationalisation et la communication dans la communauté sans avoir écrit « responsable du projet Debian » sur son front. Branden prétend que la principale responsabilité du responsable du projet Debian est de pouvoir déléguer, ce avec quoi je suis d'accord. Mais il peut certainement écrire une page web avec la liste des délégués sans être responsable du projet Debian, moins qu'être responsable du projet Debian ne lui permette d'apprendre l'HTML.

Branden soutient que les « problèmes potentiels » que j'ai soulevés dans mon programme sont improbables. Je suis tout à fait d'accord : je les ai écrits comme des situations où, en dépit de ma politique de ne rien faire, je serai obligé d'agir.

Beaucoup d'entre vous peuvent se demander pourquoi je pense que je suis le candidat le plus apte a être responsable du projet Debian alors. Je le pense parce que de tous les candidats je suis le seul à promettre que je n'essayerai pas d'utiliser le pouvoir du responsable du projet Debian plus que nécessaire. Je promets que je n'essayerai pas de m'ingérer dans vos projets internes, dans vos politiques ou vos conflits, mais je vous laisserai travailler entre vous, comme des adultes responsables que sont, nous l'espérons tous, les développeurs Debian. Je pense que tous les autres candidats ont un programme naturellement méprisant alors que j'offre simplement mes services à la communauté des développeurs Debian.

J'ai déjà indiqué ailleurs que je ne m'attendais pas à gagner. Je ne m'attends pas à gagner car je pense que la position du responsable du projet Debian est décernée comme une médaille du mérite plutôt que comme une position de confiance. Si vous ne pensez pas ainsi, merci de voter pour moi.